Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

opportunité

L’important, au fond, est sans doute moins ce que l’on a fait et qui restera de nous - Les grands hommes, leur postérité qu’ont-ils à en faire, au fond, quand ils sont six pieds sous terre ? - que tout simplement l’idée que l’on aura de sa vie aux alentours de son dernier souffle: a-t-on été grand selon ses propres critères à ce moment-là?
Si la réponse est oui, ne sera-ce pas là notre seule victoire de petit vivant sur la mort éternelle?
Vivant, il s’agirait donc de se façonner ces fameux critères de la plus astucieuse des manières, entendez par là de telle sorte que l’on soit à même d’y répondre sans trop de difficultés, mais avec une certain courage quand même (courage dont on pourra alors aussi être fier au moment de départir), même si ce courage ne nous a pas amené loin de façon intrinsèque (cette appréciation dans l’absolu n’étant pas tellement importante, comme nous le montrent Thoreau, Jung et Cioran que vous lirez plus bas).
Cette constitution de critères; et la façon d’y répondre; et faire en sorte de ne pas stupidement rater la sortie au dernier moment, une vie de méditation n’est-elle pas juste suffisante pour les mener à bien?




“In accumulating property for ourselves or our posterity, in founding a family or a state, or acquiring fame even, we are mortal; but in dealing with truth we are immortal and need fear no change nor accident.”
(Henry D. Thoreau)


« Il est de peu d’importance que je fasse carrière ou que je réalise de grandes choses pour moi-même. Ce qui importe pour ma vie et lui donnera son sens, c’est que je vive le plus pleinement possible pour épanouir le Divin en moi.
Cette tâche me donne tant à faire que je n’ai de temps pour aucune autre. Si nous vivions tous de la sorte, nous n’aurions besoin ni d’armées, ni de police, ni de diplomatie, ni de politique, ni de banques. Nous aurions une vie pleine de sens, et non ce que nous avons aujourd’hui - la folie. »
(C. G. Jung)

« Mes livres, mon œuvre… Le côté grotesque de ces possessifs.
Tout s’est gâté dès que la littérature a cessé d’être anonyme. La décadence remonte au premier auteur. »
(Cioran, Aveux et Anathèmes, Gallimard, Arcades, 1987, p. 104)




P.S. Le billet du 8 avril 2008 posait une (autre) question essentielle.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Francoise-louise A-M 09/04/2009 13:20

Que la perennité du monde soit dans le programme de vie de chacun car toute participation, aussi imperceptible soit-elle, est nécessaire aux générations futures.Nos ancêtes, on ne sait comment, nous ont permis l'expérience Vie. Ils comptent sur nous -tout, comme nos descendants, pour perpétuer la Vie Universelle.
 

Marc 11/04/2009 23:57


Même remarque que pour Marie-Claude: loin de tout discours pontifiant, le retour phénoménologique au je...


marie-claude leloire 08/04/2009 23:22

Il est des gens qui meurent dont on dit le plus grand bien,il en est d'autres qui meurent en soulageant leur entourage,et puis ils sont nombreux ceux qui partent dans l'indifférence totale ...ceux-là peut être ont-ils vécus heureux ?

Marc 11/04/2009 23:52


Et ta seule victoire à toi de vivante sur la mort éternelle? C'est de cela qu'il est question ici. Au diable pour une fois les autres, "les gens", comme tu dis...



céleste 08/04/2009 21:53

superbe fulgurance, je l'ai lue et relue.elle me parle :-)arriver à mon dernier souffle en pensant avoir pleinement vécu, avoir eu une vie emplie de sens, oui et encore oui.les citations sont très bellesmerci marcji, à chacun de mes passages chez toi j'éprouve une sensation de repos...et c'est bon.baci

Marc 11/04/2009 23:40


Je ne doute pas que tu comprennes qu'il y a dans ce billet la dénonciation de toute prétention comme étant futilissime - même si nous aimerions, nous aussi, que quelque chose reste de nous qui soit
de l'ordre de la création (et surtout pas, en ce qui me concerne tout au moins, de la procréation), de l'originalité, de l'oeuvre d'art.
Baci, Célestji.