Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

trouvaille

Italie,1907, Paul Morand qui n’a pas vingt ans, écrit (dans Venises, Gallimard, 1971): « A Naples je devais retrouver la même ivresse physique et morale qu’à Caux; ce fut au cours d’un déjeuner solitaire sous la treille, au dessus de Saint-Elme; la rumeur...

En savoir plus

perpétuation

Pourquoi le monde ne connaît-il pas l'amour? Vous ne pouvez donner ce que vous n'avez pas reçu. Ce que votre mère et votre père ne vous ont pas donné (être aimé pour ce que vous êtes et non pas pour les espérances inconscientes et insensées que vous avez...

En savoir plus

refuges

Pour Heidegger, les langues grecque et allemande étaient celles de l’esprit et donc, selon lui, les meilleurs « abris pour habiter dans la vérité de l’Être ». Alors qu’aujourd'hui, en occident, on commence enfin à comprendre les limitations de la pensée,...

En savoir plus

gratuité

Des motivations du méditant, au fond on ne peut rien dire. Par exemple, dire que l’on médite parce que c’est le seul acte gratuit, c’est très beau mais déjà trop. En effet, "méditer parce que", est-ce cela un acte gratuit ? Méditer pour rien serait plus...

En savoir plus

responsabilités

C’est le temps qui fuit qui fait de l’ombre à notre bonheur. Et c’est la méditation qui nous permet de rattraper notre ombre. P.S.: Le billet du 19 janvierv2011 évoquait un dilemme qui va bien avec la fulgurance d’aujourd’hui.

En savoir plus

dépossession

- Vous voulez un rasoir pour vous raser sous la douche? , me demanda le vendeur. - Me raser sous la douche? Quelle étrange idée! Faire les choses les unes après les autres et les faire bien, n’est-ce pas cela, depuis toujours, (bien) vivre*? , lui répondis-je...

En savoir plus

interrogation

Dans l’univers, le silence absolu règne le plus souvent. Ce n’est que dans les rarissimes endroits où il y a de la matière, et donc entrechoquement de particules, qu’il y a son cri, que nous appelons le son, le bruit. D’où vient-il alors que dans nos...

En savoir plus

dilemme

Qu’est-il préférable? De jouir sans réserve de tout instant heureux ou, lucide, d’y ajouter le constant rappel qu’il est éphémère, ce qui tempère sa jouissance? En bref, d’opter pour l’intensité ou pour la lucidité*? Cette lucidité compense-t-elle la...

En savoir plus

accompagnement

Le degré de connaissance d’une langue étrangère est inversement proportionnel à l’intensité du « tendre l’oreille » nécessaire pour la comprendre. Pour moi qui ne comprend pas la langue dite de Vondel (le néerlandais) aussi bien que celles de Hugo et...

En savoir plus

perspectives

Et s’il n’y avait rien qui nous entrave? Et si nous devions seulement nous libérer de l’idée que nous ne sommes pas libres? Et s’il n’y avait dans le mental que le silence? Et si nous devions seulement nous libérer de l’illusion de l’existence du bruit...

En savoir plus

malaise

Une des raisons, et pour certains la première, pour laquelle l’instinct de reproduction n’est pas souhaitable, est qu’il empêche l’être humain de réfléchir de façon dépassionnée, déconditionnée et libre, et donc philosophique, à la souffrance dont chacun...

En savoir plus

apesanteur

Les affirmations péremptoires ne sont jamais vraies que dans l’instant, alors que, souvent, il en est autrement des jugements volontairement provisoires. Etre léger pour être vrai. Abuser de l’adverbe peut-être, en paroles, en mots, en pensées. P.S.:...

En savoir plus

résolution

Il y a déjà le travail à mi-temps. Je propose la vie à mi-temps. Le monde moderne nous laissant constamment insatisfait (ces livres à lire qui s’accumulent sur note table de nuit, par exemple, quel mécontentement ne nous procurent-ils pas !), pourquoi...

En savoir plus