Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

révélation

 « […] 
Les anciens penseurs Epicure, Sénèque ou même les Aymaras disaient : ‘Celui qui est pauvre n’est pas celui qui possède peu, mais celui qui a besoin de beaucoup et qui désire toujours en avoir plus.’ […]
 » : Voilà ce que soulignait José Mujica, le président de l’Uruguay, en juin 2011 à la conférence sur le développement durable à Rio et que nous rappelle le Courrier International de cette semaine (numéro 1152) dans un dossier consacré à cet homme hors du commun, de la stature sans doute d’un Gandhi ou d’un Mandela.

Je trouve cette remarque extraordinaire car elle nous décille et nous fait voir le monde d’aujourd’hui comme celui qu’il est vraiment: non pas celui de l’abondance consumériste mais celui de insatisfaction permanente. Qui en effet se satisfait encore de ce qu’il a? Qui n’est pas tenté chaque jour par les vitrines du désir et victime de ces besoins que l’on nous crée, ces smartphones qui savent tout faire sauf le café, ces tablettes que l’on voudra pour Noël, dernier délai?

Pour le raja yogi aussi le contentement (samtosha) et le renoncement à tout superflu (aparigraha) devraient être la règle. Mais, signe funeste des temps, qui s’assied encore aujourd’hui en silence sans rechercher quelque chose dans sa méditation, que ce soit l’équilibre, la paix, la sagesse, l’illumination ou que sais-je encore? Qui s’assied encore pour rien, strictement pour rien, si ce n’est peut-être pour le simple plaisir de s’asseoir (là où l’équilibre, la paix, la sagesse et l’illumination se rejoignent dans un point de pure présence, de pur présent)?

Cherchez l’homme, président, yogi, quidam, qui est heureux de ce qu’il a et conscient qu’il est. Là est le sage qui sauvera le monde, s’il en est encore temps.

 

 

 

P.S.: Le billet du 5 décembre 2007, très concis, vous faisait part d’une hésitation.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Sylvie 06/12/2012 13:48

Pour le sage, c'est un plaisir d'alléger le fardeau physique(psychologique). Sylvie

Saint-Songe© 05/12/2012 20:35


Alors que de vous avouer que je n'ai strictement rien fait de toute l'après-midi de 13 h à cette heure du commentaire, et qu'après l'avoir déposé, ne ferais rien que d'être dans le silence le
plus total, le yaourt mangé ; d'avouer aussi que je ne fête plus noel depuis plus de dix ans, trouvant ces fausses fêtes hyper consuméristes et pas du tout en relation humano-universelle. Des
fourbes qui s'empiffrent et se goinfrent et s'enivrent , c'est tout ce que sont devenues ces deux fêtes consécutives ; bien à vous. B/

Marc 06/12/2012 17:29



L'ataraxie n'est pas loin.


Amitiés.