Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

exultation

Lors de l’assise, ressentir que le rétablissement automatique du corps en position idéale de rectitude n’est pas l’affaire de « notre volonté », mais plutôt d’une force immuable qui se substitue à cette volonté lorsqu’on s’abandonne totalement au silence.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
P
Ici, heureusement, on tente de méditer en silence. J'aborde tes terres avec soulagement venant des miennes, agitées et bruyantes. Où je découvre que s'abandonner totalement au silence entraîne une position idéale du corps. Je ne voyais pas la rectitude comme cette position idéale. Pour moi, la position foetale, par son repli sur soi, me semblait convenir mieux sinon idéalement, à créer le vide en soi.
Répondre
M
Les goûts, couleurs et positions ne se discutent pas, cher ami. Pour ces dernières aussi, vous avez bien raison de revendiquer la vôtre.
K
Un jour, en sortant du dur combat du viet vo dao tanh long (par -15 pieds nus sur un terrain de basket) j'ai éclaté en sanglots à cause de la paix qui m'a envahi. ce n'était pas Dieu, non, mais c'était sans doute ce qu'on peut vivre de mieux au niveau simplement humain.
Répondre
P
Ton article, Marc, nous offre une belle intuition du ravissement de l'ego... <br />
Répondre
M
Tu as une meilleure vue que moi, Phène.
L
Echapperions nous à la physique qui veut que les forces travaillent ?
Répondre
M
C'est à se le demander...
I
Tout à fait d'accord, bonne journée Marc.
Répondre