Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

béatitude

Il arrive un moment, quand on médite, où la respiration devient si ténue, si infime, si subtile qu’elle s’arrête même, et cela sans dommage pour le méditant. Le temps doit alors être suspendu, et le mental, au repos.

Et quand la respiration reprend, c’est un peu comme si on (re)venait au monde, conscient d’avoir été vécu, sans avoir vécu soi-même.

P.S.: Dans le billet du 9 octobre 2011 il était question de la plus criante des inégalités. Pas celle que l’on croit.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article