Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

divergence

« Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède, » aurait dit Saint Augustin. Le Bouddha pensait, lui, qu’il consistait en les cessations de ce désir et de tout autre.

En méditation, on vérifie aisément que le second était bien plus pertinent. En effet, désirer conserver tout état de plénitude que l’on y vit est la meilleure façon de le voir s’évanouir. Et nul besoin d'être philosophe pour comprendre que cela peut s’extrapoler à toute situation de l’existence, car la fugacité et l’impermanence, au fond, sont partout. Rien ne sert de vouloir figer quoi que ce soit, ce « quoi que ce soit » étant aussi illusoire que l’égo qui veut le figer.

Dit en passant, cette différence d’opinion illustre à merveille l'ornière qui sépare l’Occident de l’Orient en matière de sagesse: là où le premier se cantonne dans les outils de la psychologie pour voir dans le désintérêt (relisez la phrase de Saint Augustin) une manifestation quasi pathologique de l’esprit, le second se hisse au niveau de la philosophie pour y voir très crûment une marque de sagesse.

 

 

 

P.S.: Le billet du 16 janvier 2009 vous parlait d’un passionnant dilemme.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Françoise ANRIGO - MARTIN 17/01/2013 07:14


Il y avait un autre philosophe qui avait écrit : "Il y a 2 tragédies dans la vie : Celle de ne pouvoir satisfaire son désir et celle de l'avoir satisfait (sous-entendu, bien sûr, d'en avoir perdu
le désir). St Augustin, lui, donne une alternative à la tragédie...


S'il avait simplement ajouté " et ne pas s'inquiéter de l'impermanence qui nous donnera demain ce qui répondra à notre désir de demain", cela m'aurait totalement convenu.


Illustration : Je vois un misérable dans la rue qui tend la main. Je lui offre un sandwich et il me répondrait : "Oh non ! Si aujourd'hui je me régale, demain ma souffrance de la faim n'en sera
que plus grande !" Ce qui me dérangerait c'est l'expression "plus grande". 


Pensées amicales.


Françoise

Marc 24/01/2013 11:09



C'est d'Oscar Wilde qui a dit exactement ceci ("les Pensées", pp. 86 et 87, cherche midi éditeur, 1990):


"En ce monde il n'y a que deux tragédies. L'une consiste à ne pas obtenir ce qu'on désire et l'autre à l'obtenir. Cette dernière est de beaucoup la pire"


Pour le reste, j'aime beaucoup ta réflexion.


Amitiés,


Marc