Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

supplice

Tout comme parler d’espaces de liberté ou de bien-être*, c’est faire en réalité le constat de leur rareté, voire de leur disparition, parler (en ce jour surtout) de bien-être animal, c’est en réalité parler de la souffrance que nous infligeons à ceux que d’aucuns - à commencer par ceux qui se refusent à les manger - appellent quand même « leurs amis ». Cette souffrance est le fait de ces gens qui mangent mammifères, volailles et poissons et se soucient au fond comme d’une guigne des conditions d’univers concentrationnaire dans lequel on les « élève** » et où la torture est parfois admise: pensez à ces oies que l’on gave, à ces grenouilles que l’on épate (?) vivantes, ou encore (puisque c’est d’actualité en ce funeste 24 septembre) à ces caprinés que l’on égorge à vif et parfois même, « sans étourdissement ». Dans ce dernier cas, faire preuve de cruauté dans le cadre d’une pensée religieuse*** où la compassion devrait être le premier précepte, me paraît particulièrement choquant. Au terme d'une réflexion, qui pourra encore penser raisonnablement qu’un dieu aurait créé le mouton pour qu’on le torture afin de lui plaire?

 

 

 

 

*: On pourrait jouer ce petit jeu avec bien d’autres concepts symptomatiques eux-aussi d’une situation déplorable orchestrée par l’homme, comme les espaces « verts », le développement « durable », la nourriture « bio », etc.

** Tout le contraire d’une élévation, selon moi.

***: Le sacrifice religieux n’est pas le fait de l’islam seul: les Toraja aux Célèbes ne sont pas tendres non plus avec les cochons et les buffles, et le chrétiens, avec les agneaux de Pâques. (Cette précision pour ne pas être taxé de xénophobie: cette pathologie tellement dans l’air du temps est totalement réprouvée sur ce blog.)

P.S.: Dans le billet 24 septembre 2014 il était question d'un choix.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article