Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

Les articles "de choses et d'autres..."

vanité

Tout individu d’une espèce voit le monde à travers la lucarne propre à cette espèce*. Pour une abeille, par exemple, il y a les abeilles et « les autres ». Chez les humains, cette faculté de se préférer s’appelle l’anthropocentrisme*. Les religions dites...

En savoir plus

questionnement

Certes, la perspective d’être regretté lorsque nous mourrons n’est pas désagréable et peut-être même agréable pour certains, mais franchement, hormis cette postérité locale (amis, parents, connaissances) à court terme à laquelle nous avons tous droit,...

En savoir plus

confiance

La nature a un rythme. Le découvrir est un bonheur qui change la vie. Pour ce faire les voies sont sans doute nombreuses. J’en connais deux. La première est celle du voyage au long cours, en toute liberté et exempt de toute programmation: on a le temps,...

En savoir plus

distinguo

Nous étions 3 milliards en 1960, sommes 7,4 milliards et serons 9,7 milliards en 2050. Dans ces conditions, qui honnêtement ne se sent de trop sur cette planète? De plus, du fait de notre supériorité spécifique (en ce qui concerne l’intelligence calculatrice),...

En savoir plus

conviction

Que faire pour que cette humanité moribonde retrouve la paix et s’en aille en elle? Pourquoi, tant qu’il en est encore temps, ne pas retourner au silence qui sera peut-être celui de la mort prochaine*, mais sûrement de ce qui la précède encore pour un...

En savoir plus

ultimatum

Un sens ne s’esquisse jamais à la vie. Celle-ci est « un message griffonné dans le noir », comme le disait si joliment Vladimir Nabokov*. Nous sommes en éternelle errance. Voilà notre tragédie à nous, humains égarés dans l’univers. Nous ne savons d’où...

En savoir plus

dénomination

La psychologie s’occupe de penser les gens tels qu’ils vivent: avec leurs conditionnements, leur vie "comme on leur a toujours appris" et qu’on leur impose, pensent-ils, leur ignorance de l’instant qui passe, leur désintérêt pour le soleil qui se lève...

En savoir plus

défiance

La différence entre le bien-pensant (souvent bigot) et le terroriste ne se situe peut-être pas au niveau de son intolérance* mais au niveau du passage à l’acte violent, rageur, voire suicidaire: on peut descendre dans la rue en grand nombre et vociférer...

En savoir plus

règles

Pour une belle vie: Quand l’inspiration vient, toujours l’écouter et si possible lui obéir. Si nous devions avoir une seule maîtresse, ce devrait-être celle-là. Quand, méditant, le silence advient, ne pas bouger pendant au moins dix respirations. Bien...

En savoir plus

suggestion

Quelqu’un a dit un jour que si les chrétiens croyaient en le Christ, cela se saurait. Certes les chrétiens ne sont pas les seuls incroyants: à l’échelle de la planète, très peu de gens croient en le dieu à leur disposition, mais un grand nombre, c’est...

En savoir plus

étonnement

On se perd en conjectures - et c’est là une bien délicieuse errance - lorsqu’on se demande pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien. Mais en traversant ces territoires abyssaux de la réflexion, sans doute parce qu’il s’agit d’une évidence, on néglige...

En savoir plus

épanouissement

Je repense à cette gamine mince au poignet cassé qui a sonné en janvier à ma porte pour me proposer des stylos et du chocolat en faveur d’une association d’aide aux lépreux. Je ne lui en ai pas achetés, mais tout de suite après avoir inventé une raison...

En savoir plus

atténuation

atténuation

Le paradoxe ultime* de la philosophie, c’est la condamnation sans appel du créateur pour sa création livrée à la souffrance par celui qui le remercie de façon implicite à chaque instant pour la jouissance, voire l’extase, qu’il éprouve à en faire partie....

En savoir plus

accession

Pour sortir - si tant est que cela soit possible - de l’animalité, il faut paradoxalement reconnaître, découvrir, admettre que l’on en fait partie. Mais ce qui fera de nous des hommes* c’est quand nous ferons la liaison entre la reproduction et la souffrance**....

En savoir plus

casse-tête

Pour le Bouddha tout était douleur, impermanent et sans consistance irréductible. ("Sarvam duhkham, sarvam anityam, sarvam anatman.") Si les deux premières qualifications du monde manifesté sont facilement compréhensibles et emportent l’adhésion de ceux...

En savoir plus

pétrification

La « meilleure » des immobilisations est peut-être celle qui advient naturellement. Celle, par exemple, dans laquelle l’Inde des cours de ferme s’abandonne le matin en dégustant son early morning coffee (or milk). Elle rêve et le corps de cette Inde rurale...

En savoir plus

justifications

N’importe quel fumeur connaît quelqu’un qui a fumé comme un Turc toute sa vie et vécu cent ans. Les non-fumeurs n’en connaissent aucun. N’importe quel excité chronique connaît un centenaire qui a vécu toute sa vie sans jamais s’asseoir et souffler. Les...

En savoir plus

repos

Comme la nuit, la méditation porte conseille. Question utilité, on pourrait dire qu’elle en est la version concentrée. Tout comme le cycliste cessant de pédaler en descente, s’étant rendu compte* qu’il ne va pas plus vite, l’esprit du méditant se met...

En savoir plus

évasion

Outre l’analogie entre la méditation et l’écriture telle qu’évoquée récemment ici, le 8 avril, il en est une autre entre la méditation, ce voyage intérieur, et le voyage proprement dit, entendez tel qu’on le concevait il y a trente ans encore: l’aventure,...

En savoir plus

hypothèse

Pour comprendre quelque peu ce monde, pour s’extasier du miracle de l’existence de « quelque chose » et d’autre part pour se plaindre de la souffrance qui lui est consubstantielle, peut-être faire l’hypothèse d’un dieu absolu et neutre (Brahman) et d’un...

En savoir plus