Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

sagacité

Pour nous avoir mis dans ce monde de souffrance, si on ne s’est pas soi-même voué à la reproduction, les seuls êtres humains que l'on pourrait de plein droit détester, ce sont nos parents.

Si par contre nous nous sommes reproduits, c’est nous-mêmes, et à travers nous l’immense majorité d’une humanité largement reproductrice, qu’il faudrait honnir. Et c’est ce qui se passe sous nos yeux: les gens se détestent (l’égoïsme généralisé étant la détestation généralisée de celui qui n’est pas « moi ») et l’humanité se suicide (auto-punition inconsciente); et les seuls qui, pour ne s’être pas reproduits, n’ont rien à se reprocher dans cette engendrement de la souffrance sont les sages sur cette terre. Il y en a toujours eu mais peu. Avant la contraception facile, ils étaient abstinents et se consolaient dans la contemplation de ce monde si beau, si tragique. Maintenant ils utilisent cette contraception pour ne plus se priver d’un plaisir devenu sans conséquence et dans lequel ils préservent leur innocence. Les esprits s’ouvrant, n’ayant à supporter d’opprobre ils commencent même à s’afficher dans des mouvements comme celui du child free. Les temps changent.

P.S. Le 3 juin 2008 le temps était à l’orage. Le billet du jour s’intitulait: extrapolation.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article