Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

questionnement

Dans ses Notes de ma cabane de moine, Kamo no Chômei dit (en p. 278, Connaissance de l’Orient, Gallimard/Unesco, 1968) que « l’essentiel de l’enseignement du Bouddha aux hommes est qu’il ne faut pas s’attacher aux choses de ce monde. »

Et par choses de ce monde, il inclut sa pauvre chaumière ou encore sa « tranquille solitude ».

Je me demande s’il ne faut pas ajouter à cette liste, déchirement ultime, ses propres extases. Et dès lors il ne faudrait donc s’attacher à strictement rien. Peut-être même pas à toutes ces recommandations précédemment évoquées car n’importe laquelle d’entre elles suggère un profit impliquant un attachement destructeur de...

De quoi?

P.S.: Dans le billet du 9 juillet 2009 il était question d’optimisme.

 

Å, Iles Lofoten, juin 2013

Å, Iles Lofoten, juin 2013

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Lise 10/07/2013 07:37

" s'attacher", se lier soi même ..
Telle une boucle de l'esprit qui enveloppe une chose, pour peu que le mental tire dessus, nous voilà pris ..

Marc Delforge 10/07/2013 11:58

Joliment dit.