Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

absence

absence

« Le silence de l’Être authentique n’est pas seulement là où se tait le bruit du monde », remarquait fort justement K. G. Dürckheim*. Ce silence-là (le qualifier de silence est déjà trop, peut-être), rien ne peut en être dit. Mais comme la sagesse nous...

En savoir plus

mutisme

L’existence de niveaux de conscience différents chez lui-même est la première chose dont se rend compte celui qui se met à la méditation. Il ne peut que constater, parfois avec un délicieux étonnement, que s’asseoir en silence et ne rien y rechercher...

En savoir plus

veille

La nuit, c’est différent. La radiocommande s’appelle TEAC, la cuiller GAB-GENSE 18/8, Sweet child in time est vraiment … quoi? Le fond de la tasse parle du café alors que le dessous est muet. Pois blancs sur fond rouge. Les infos arrivent qui n’auront...

En savoir plus

discrétion

« Qui laisse une trace, laisse une plaie* », écrivait Henri Michaux. D’où sans doute le fait que le sage le plus abouti est celui qui sait se fondre dans la masse dont rien ne le distingue. Dans le Japon, jadis, on disait que l’éveillé pouvait quitter...

En savoir plus

majesté

Qui aurait bien pu sciemment inventé le monde dans lequel nous vivons, où les vivants (sur cette terre notamment) connaissent la souffrance d’intensité infinie (voyez par exemple les périples tragiques de ces réfugiés fuyant les barbares de Syrie), et...

En savoir plus

écriture

Dans la nouvelle: Histoire secrète, Cesare Pavese, au moment de conclure, fait dire à son personnage principal auquel il s’identifie sans doute : « […] je comprenais que les choses qui sont réellement vraies, on n’arrive pas à les raconter.* » Roberto...

En savoir plus

gratitude

gratitude

« Ce que le spontané ramène à la surface, c’est du banal », disait Roland Barthes. J’aurais plutôt tendance à croire, moi, que c’est le plus profond qui remonte alors… Aurait-il quand même raison, cet intellectuel comme la France n’en fait plus et dont...

En savoir plus

supplice

Tout comme parler d’espaces de liberté ou de bien-être*, c’est faire en réalité le constat de leur rareté, voire de leur disparition, parler (en ce jour surtout) de bien-être animal, c’est en réalité parler de la souffrance que nous infligeons à ceux...

En savoir plus

suicide

Que ce soit dans le domaine alimentaire (pêche, élevage, agriculture, transformation, distribution), médical, pharmaceutique, énergétique (ah! le joli nucléaire! ah! le sympathique gaz de schiste, ah! le bel arctique encore à exécuter), logistique (voir...

En savoir plus

contraste

Le non-paresseux* s’ennuie dès qu’on ne lui donne pas - ou qu’il ne se donne pas - quelque chose à faire. Le paresseux, lui, fait mille choses** de son temps, sauf une: s’ennuyer. *: Comment nommer autrement cet être contre-nature devenu (si) courant?...

En savoir plus

cauchemar

Les citoyens s’étant mis à faire ce que bon leur semblait en cette fin de XXIe siècle caractérisé, non plus par ce qu’on avait appelé au siècle précédent « la course des rats pour la survie », mais par le sentiment que de survie il n’y en aurait pour...

En savoir plus

circonspection

Professer le scepticisme n’est pas sans piège. Dans le quotidien belge La Libre du 17 juin 2014, Julia Kristeva mentionnait Nietzsche qui aurait dit qu’ « il n’existe pas d’autre valeur que de mettre un point d’interrogation à l’endroit du plus grand...

En savoir plus

découragement

Jusqu’il y a peu, on était en droit de penser que certains gouvernaient les hommes (voir le billet du 16 octobre 2009), les conditionnaient et les exploitaient à seules fins de s’enrichir et d’en être les maîtres. Ce fut sans doute le cas. Cette caste...

En savoir plus

naturel

Vous a-t-on appris à marcher? Non, n’est-ce pas? C’est venu « tout seul ». Pourquoi donc faudrait-il qu’il en soit autrement pour la méditation, cette fonction tout aussi naturelle que la marche? Méditer ne s’apprend pas. Ceux qui disent le contraire...

En savoir plus

conclusion

conclusion

Certains cherchent avec frénésie une épitaphe pour leur future tombe. Et c’est après avoir réalisé l'absolue pertinence du constat de Cioran que « le vide aurait suffi » qu’ils concluent la plupart du temps qu’il est souhaitable qu’on n’inscrive rien...

En savoir plus

compétence

2/2 Et les méditants, eux, que feront-ils dans ce futur où la médecine sera supposément miraculeuse, que choisiront-ils [entre la mort naturelle et la possibilité d’être quasi éternels, relire le billet précédent]? Et seront-ils consultés pour leur compétence,...

En savoir plus

compétence

1/2 Quand la médecine sera à même de rendre les hommes quasi immortels*, se posera pour chacun la question de savoir s’il souhaite en profiter. Être ou ne pas être, sera alors vraiment la question, sous cette forme d'une indescriptible intensité: être...

En savoir plus

positionnement

Dieu existe-t-il ? Cette question nous ramène inévitablement à notre anthropocentrisme*: c’est nous qui posons la question, c’est nous qui donnons la réponse. Le théiste a la certitude qu’il existe. C’est donc qu’il l’a vu. Le problème, c’est qu’il ne...

En savoir plus

éblouissement

Quant à leurs dimensions et leur potentialité, y aurait-il des relations de similitude et de proportionnalité entre la conscience et l’univers? Tout comme celui-ci est en expansion, la conscience l’est peut-être aussi (pour peu qu’on s’en serve de façon...

En savoir plus

bouleversement

Dans le monde d’aujourd’hui où toute curiosité peut être satisfaite dans l’instant par l’écran qui nous prolonge, il n’est plus possible d’avoir à attendre encore quelque peu pour satisfaire sa curiosité. Une question? Hop, voilà déjà la réponse servie...

En savoir plus