Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

malentendu

La plupart des gens ne sont pas conscients de leur propre existence. La preuve, ils entendent par existence leur vie en général et en aucun cas cet instant qui passe, chaque instant l’un après l’autre, qui réclame pour être vécu conscience et donc silence.

P.S. : Le billet du 8 juillet 2011 portait comme titre perspicacité. Là aussi il était question de silence, le grand.

(« On ne se rend pas compte de l’instant qui passe ; or, à le laisser s’écouler, on arrive subitement à l’instant de la mort. Ainsi ceux qui pratiquent la Voie de Bouddha ne doivent pas craindre les jours et les mois d’un futur lointain mais cet instant même qu’ils laissent fuir en vain, » dit Urabe Kenko dans Les Heures Oisives, Connaissance de l’Orient, Gallimard/Unesco, 1968, p. 100.)

Cap Nord, juin 2013

Cap Nord, juin 2013

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
S
Vous ne m'avez &quot;perturbé&quot; en rien, rassurez-vous.<br /> &quot;Le temps de la réflexion est une économie de temps&quot; (Syrus).<br /> En fait, c'est pareil quand un flot de touristes séjourne en la cathédrale de Quimper (ou d'ailleurs) : aucun respect silencieux pour le lieu. Cela alors &quot;perturbe&quot; bien plus... &quot;le souffle de l'esprit&quot;.
Répondre
P
Impressionnant !!!
Répondre
M
Très!
S
TIENS... Voilà qu'ont émergé du &quot;grand silence&quot; de votre billet d'hier : pointe rocheuse et suite d'un extrait à la même amorce dudit billet, se relisant ce matin, donc : ce qui suit est bien identique à ce qui précédait...Rien ne bouge, or tout est impermanent ! Curieux, non ?
Répondre
M
J'ai rajouté cet extrait me rappelant qu'en juin ce fut sa lecture (étendue à son contexte) qui sans doute donna un peu plus tard naissance à cette fulgurance.<br /> Tous ces touristes (de masse) au Cap Nord ne me paraissaient pas présents dans ce lieu grandiose ((il y souffle l'esprit, pour citer Barrès) qui réclamait en vain leur silence.<br /> Désolé de vous avoir perturbé.