Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

droiture

Patanjali, l’autorité incontestée en yoga, dit que l’assise du yogi doit être confortable (sukha) et quelque peu hiératique (sthira), si l’on entend par là une immobilité bien campée, tenue et selon moi, pourquoi pas, quelque peu solennelle (ἱερός en grec ancien veut dire sacré), car nous sommes là dans l’occupation d’attester d’une création en tant que créature ainsi que dans l’incarnation d’un miracle dont on atteste dans cette assise: celui d’exister. Mais il y aurait aussi dans cette notion de stabilité (sthira est décidément difficile à traduire) une idée de droiture: une colonne parfaitement érigée et maintenue certes, mais aussi une droiture morale.

Cette droiture morale est rarement évoquée en Occident (en Inde c'est tout autre chose) et m’a toujours posé problème: que faut-il entendre par là, ici, de nos jours? Comment doit-on se conduire quand on médite? S’agit-il ici de faire appel à ces vertus prônées par les bien-pensants et qu’eux-mêmes ne pratiquent de toute façon pas? S’agit-il de se savoir irrémédiablement imparfait et de l’accepter dans la résignation, le désespoir ou peut-être l’indifférence? S’agit-il d’être dans le conservatisme de l’idée ou dans la révolution permanente de l’attitude?

Voilà bien, me semble-t-il, un sujet de méditation pour celui qui s’assied en silence sans pour autant être coupé du "monde".

P.S. : Dans le billet du 16 juillet 2008 il était question de communication. (Rappelons que ce blog existe depuis août 2006 même si la version nouvelle d’overblog ne donne plus hélas, pour le lecteur, que difficilement accès à ces articles anciens mais pourtant toujours actuels.)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Le rônin 16/07/2013 21:57

Bsr,
Je n'ai aucune connaissance de zazen, si ce n'est une lecture forfuite de Takuan Sôho ou de Taisen Deshimaru associé à une pratique du kendo et du iaido en auto-didacte... Toutefois, je perçois le mot "droiture" comme "rectitude"... Il ne s'agit pas, selon moi d'attitude vraiment physique (bien qu'une position équilibrée est recommandée pour l'amorce de tout mouvement fluide) mais d'un mental rigoureux et équilibré ; le corps se calquant sur l'esprit... Nulle place aux sentiments qui distraient l'esprit, agir en toute simplicité et assumer le résultat de la gestuelle...
Je me doute d'être immature et brouillé dans mes propos... Il faut "vivre" l'instant pour le saisir.
merci de cette réflexion abyssale.

Marc 18/07/2013 08:47

Votre modestie vous honore et je prends bonne note de votre conception de la droiture morale.