Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

souhaits

Au fond, les gens, ce qu'ils aimeraient acquérir quand ils s'attachent aux objets, c'est leur imperturbable longévité. Et peut-être aussi leur faculté de disparaître sans rechigner et sans même souffrir.


(Et ceux qui méditent? N’est-ce pas aussi disparaître qu’ils veulent? Dans un souffle de silence… )





P.S.: Dans le billet du 20 novembre 2008 il était question de martèlement.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

fée des agrumes 26/11/2009 09:31


L'angoisse de la mort nous étreint depuis ces jours de la petite enfance où nous avons TOUS réalisé qu'elle existait par la séparation d'avec notre mère. Arriver à apprivoiser cette angoisse et la
dépasser est une longue route qu'à mon humble avis, des années et des années de méditation, de détachement peuvent éventuellement permettre. Si théoriquement, c'est accessible à tous, il en est
pourtant peu à atteindre ce détachement absolu parce que profondépent ancré en nous est l'égo.


Marc 26/11/2009 18:00


Je n'ai pas la mémoire de la séparation d'avec la mère et je ne peux donc rien dire à ce sujet. L'angoisse de la mort est une chose à accepter plus qu'à vaincre, à moins qu'ici cela ne veuille
dire la même chose. Pour ce dernier point, ce n'est qu'au moment de son dernier soupir ("the last sight" , dit-on en anglais) que le méditant saura si c'est le cas.


fée des agrumes 24/11/2009 10:39


Alors, je voulais dire que l'humain s'inscrit sur son territoire par l'acquisition de biens qu'il y implante puis, il lui est possible de se rendre compte que cette inscription sur le territoire
est "futile" et se détacher de cette inscription. Par cette expérience, l'humain apprend tant sur lui- même que sur sa place dans son environnement.
Est-ce plus clair ?


Marc 25/11/2009 17:28


Il lui est possible.., certes, mais ne lui reste-t-il pas toujours ce désir d'être éternellement ou alors, au pire, de pouvoir disparaître sans souffrir?


martha 21/11/2009 13:38


Et ceux qui méditent? N'est-ce pas aussi disparaître qu'ils veulent? Dans un souffle de silence… oui oui une mort bien calme et bien lucide tout le reste c'est du yoyo.


Marc 23/11/2009 12:36


Un mort au second dégré, alors. (En ce qui me concerne, la parenthèse n'était pas l'hypothèse d'un adepte du suicide.)


fée des agrumes 20/11/2009 22:01


S'attacher dans la course de l'inscription sur son espace... et finalement réaliser que très facilement, il est possible de se détacher d'eux; par cette expérience, également, le cheminement se
fait pour apprendre le détachement.


Marc 23/11/2009 12:32


Sybilln, ton commentaire, Fée. Tu peux expliciter?


O. 20/11/2009 18:47


mais c'est tout à fait vrai  !!!


Marc 23/11/2009 12:29


Non???
(Merci.)