Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

rapprochement

Quand, dans une conversation, vous faites un parallèle de haut vol pour faire étalage de votre culture, en réalité c’est votre inculture que vous trahissez car ce que vous venez de dire révèle l’absence d’universalité de votre esprit: Vous avez choisi ce parallèle mais pourquoi pas tel autre? Est-ce parce que vous ne le connaissiez pas, cet autre parallèle? Vraisemblablement, et cela dévoile, qu’on le veuille ou non, un esprit limité.

Moralité de cette démonstration quelque peu bizarre mais, à la réflexion, pas dénuée de sens: Mieux vaut se taire que de briller.

Tout comme en méditation il est souhaitable de ne pas penser plutôt que de trop bien le faire.

 

 

 

 

P.S. : Méditer, ce serait consommer certaines noces. Le billet du 7 août 2008 (vous en disait et) vous en dira plus: union.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
F
<br /> <br /> Oh, je ne l'avais pas notée! <br /> <br /> <br /> Rester dans le mental n'est pas  ce qu'il y a de mieux, il est à lâcher celui- là aussi .<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Et tout de suite.<br /> <br /> <br /> <br />
F
<br /> <br /> Je suis d'accord avec Mirabelle qui à mon avis ne contredit pas l'article parce qu'à mon sens, c'est le sens donné à sa parole qui importe. je veux dire par là  que celui qui veut se faire<br /> valoir étale effectivement son inculture en monopolisant la conversation sur les sujets qu'il connait en évitant ce qu'il ignore alors que celui qui vient humblement conscient de son ignorance<br /> pour apprendre, affiner, comprendre est ouvert, capable d'amettre son ignorance.<br /> <br /> <br /> Cf; la citation de Socrate...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Que pensez-vous de la dernière phrase du texte alors?<br /> <br /> <br /> <br />
N
<br /> <br /> Ne vous excusez pas Mirabelle! Votre discours est poli, respectueux, intelligent et sensé...c'est vrai à quoi bon discuter (commenter) si on ne s'exprime pas sincèrement...évidemment c'est<br /> parfois risqué...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Que pensez-vous de la dernière phrase du texte alors?<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> <br /> - "Mieux vaut se taire que de briller"<br /> <br /> <br /> - ...<br /> <br /> <br /> quoique.<br /> <br /> <br /> Parler, (se) frotter (aux autres, à de l'autre), permet de briller éventuellement, mais offre aussi l'occasion et l'avantage de découvrir en discutant du non encore envisagé ; de<br /> clarifier, d'affiner, d'avancer dans l'entendement qu'on a des choses, de recevoir confirmation ou d'infirmation du bien-fondé d'une orientation prise ; d'écouter, voire de se laisser guider ...<br /> - à tout prendre, n'est ce pas mieux que de se draper dans sa fierté et son orgueil en gardant au chaud et à l'abri des regards tiers ses erreurs potentielles<br /> sans espoir de pouvoir les identifier et, les ayant identifiées, de repartir à nouveau frais ?<br /> <br /> <br /> Parler, ce peut être aussi une façon de partager (les bons coins pour à ceps ou à  chanterelles - ou à gardons !). <br /> <br /> <br /> Sinon, en effet, à quoi bon (inter)venir sur ce blog ?!   :-)<br /> <br /> <br /> Parler, une façon aussi de manifester son intérêt, son amitié.<br /> <br /> <br /> Mais bon, c'est facile de prendre le contrepied de ce que vous dites qui me semble tout aussi juste : vous tendiez la perche ...  je l'ai saisie ...  Ok, pardon, je sors <br /> :-)))<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Vous n'avez pas à vous excuser mais je parlais d'une certaine façon de parler où, au fond, on ne parle que de soi par inextinguible soif de reconnaissance. Ecoutez autour de vous, sur le ondes<br /> notamment, vous n'entendrez que cela.<br /> <br /> <br /> A noter qu'il s'agissait surtout de rapprocher cela de la conclusion car la question fondamentale ici est: penser bien ou ne pas penser.<br /> <br /> <br /> <br />