Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

rapprochement

Ilya Prigogine, ce physicien renommé, disait que l'univers devient cohérent par le non-équilibre.

Avant lui, Mohammed Iqbal, le grand poète pakistanais, disait lui, que dans ce monde seul le changement a de la permanence.

Ne s'agit-il pas là du même concept exprimé dans deux langages différents?

Le changement évoqué par le poète, n'est-ce pas ce que le scientifique entend par le non-équilibre?

Et l'impermanence tragiquement constante (ou la permanence du changement), n'est-ce pas cette cohérence qualifiant l'univers observé avec la froideur - qui n'est pas détachement - de l'intellect?





P .S.: Les billets des 30 et 31 janvier 2009 parlait de visions.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
J
<br /> que nous le voulions ou pas," l'eau de la rivière n'est jamais la même"<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> C'est ce que dit Iqbal.<br /> <br /> <br />
M
<br /> l'amour est mouvement, la danse est équilibre et déséquilibres dans la beauté du mouvement<br /> sans déséquilibre pas de cohérence, pas de beauté même<br /> sans changement que de lassitude à cette danse...<br /> quels que soient les registres, on y revient toujours... :)<br /> <br /> ton billet est encore une fois de l'or<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> Tu m'as parfaitement compris.<br /> <br /> Et je ne dis pas cela pour te renvoyer ton si beau bouquet...<br /> <br /> <br />