Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

pis-aller

Certains reprochent aux méditants leur pessimisme. Qui leur répondent que pour être optimistes ils attendront le jour où la seule préoccupation des gens ne sera plus de ne manquer de rien mais bien que « les autres » ne manquent de rien. Persuadés que le bonheur est dans le lointain bien-être de toute vie, les adeptes de l’assise en silence ne peuvent être heureux pour l’instant, à moins que l’on appelle bonheur une certaine paix de l’esprit.

 

 

 

 

P.S: Dans le billet du 24 avril 2008 il était question de la possibilité d’une immobilité et l’on y évoquait aussi bien Shankara que Patanjali: préalable.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

mamalilou 08/05/2012 22:59


... à moins que l'on appelle bonheur une certaine paix de l'esprit...:)

Marc 13/06/2012 20:17



Excellente conclusion, et je pèse mes mots .



Sylvie 03/05/2012 03:23


Bien sûr, ceux et celles qui font des reproches ne sont irréprochables, des accrocs il y en a partout. Méditer c'est un Plaisir, c'est être ailleurs et quelquepart en même temps et je sais pas
pourquoi!


Sylvie

Marc 08/05/2012 15:16



Voilà.



Sylvie 27/04/2012 19:55





Amitiée!

Marc 08/05/2012 15:15



Bisous,


Marc



Marc 27/04/2012 09:09


CHERS AMIS, je vous répondrai dans quelques jours. Merci pour vos contributions,


Bien à vous,


Marc

fée des agrumes 26/04/2012 11:27


Hihi, la zone du cerveau activée par la méditation est la même que celle qui s'active quand nous sommes heureux.


Pessimisme et optimisme impliquent l'attente, il n'y a pas de cela dans la méditation. Sauf si je me trompe...

Marc 08/05/2012 15:15



Dans l'assise, il n'y a rien, ni optimisme, ni pessimisme, ni attente. (Peut -être (quand même) parfois de extase.)
Mais la réflexion que l'on y cultive (à défaut d'un autre verbe), ne nous porte pas à l'optimisme.


Amitiés,


Marc