Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

pertinence

La question de savoir si Dieu existe est-elle aussi pertinente que celle de savoir si nous souhaitons que Dieu existe, car n’est-ce pas à la seconde que l’on répond lorsqu’on se pose la première? N’est-ce pas en effet en ce domaine encore plus qu’en tout autre que l’on aime prendre ses désirs pour des réalités?

Voyez celui qui vous dit qu’il pense que Dieu existe (ils sont nombreux et certains même prétendent en être sûrs). Agissent-ils pour autant comme ce que l’on est en droit d’attendre de créatures divines, qui craignent et veulent  plaire à leur créateur? Puisque ce n'est quasi jamais le cas, croient-ils vraiment en Dieu alors?

Voyez ensuite celui qui vous dit que Dieu n’existe pas. A-t-il véritablement réfléchi à la chose ou souhaite-t-il simplement évacuer le problème en lui donnant une réponse tout aussi péremptoire que difficile à défendre?

Non décidément, à la question de l’existence de Dieu, lorsqu’il a été bien perçu (après une profonde méditation) que nos réponses ne sont jamais totalement neutres, il n’y a, à mon humble avis, qu’un réponse pertinente: « Je ne sais pas. »

 

 

 

 

P.S.: Le billet du 19 novembre 2009 risquait une comparaison entre la société des Toradjas et la nôtre: acquisitions.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Saint-songe 19/11/2010 15:27



Là, j'ai un effet bizarre de "déjà " lu ici , il y a quelques temps, curieux effet, ou alors la question vous taraude autant que Suso, pour y revenir, Suso qui s'interrogea : qu'est-ce que Dieu ?
Où est Dieu, comment est-il ?...


Donc Dieu vous sait vous interroger à son sujet, cher Marc !


SUSO vous répond "aucun maître n'a su y répondre, car Dieu transcende toute pensée et tout intellect..."


GABIN vous revient en mémoire dans votre assertion finale, qui nous disait, plutôt qui nous chantait : "Je sais qu'on ne sait jamais"...


enfant, je l'entendais par la négative : "on ne sait jamais"


Aujourd'hui, le coeur et l'esprit demeurés jeune, je l'entend comme "sait-on jamais !!" Voyez donc, tout est question de nuances.


Bien à votre lumière blanche !



Marc 29/11/2010 13:07



Des "déjà lu" pourtant différents pour qui est sensible aux nuances, en voici deux:


http://fautedemieux.over-blog.com/article-attribution-42619847.html


 et


http://fautedemieux.over-blog.com/article-11653794.html


 


 



mirabelle 19/11/2010 14:31



Bonjour, Marc. La question première n'est elle pas plutôt : que met on sous le vocable "Dieu" ? savons-nous de quoi nous parlons avec un tiers quand on parle de "dieu"  - et, entre autre
questionnement, avec ou sans majuscule ?


Personnellement, si l'on admet dans le débat les opinions personnelles - au risque qu'elles soient subjectives donc ne relevant en rien de critères scientifiques, je prèfère la formulation : à
chacun sa réponse, plutôt que "je ne sais pas". Car enfin, n'avons nous pas tous notre petite - voire grande - idée là-dessus et n'est ce pas ce sur quoi vous cherchez à nous faire réfléchir ?


 



Marc 29/11/2010 12:58



Il s'agit précisément de remettre en question ici toute petite ou grande idée sur Dieu qui n'est jamais rien d'autre que l'idée que l'on a de lui.


Cela perçu, que reste-t-il d'autre de lui qu'un mystère?