Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

patience

Ces mots creux dont il est question dans le Dhammapada, le philosophe d’aujourd’hui n’a bien souvent plus qu’eux à la bouche. La philosophie relevant de moins en moins de la sagesse (qui est vécue ou n'est pas), ceux qui se réclament de la première, de sages qu'ils étaient, sont devenus de vains théoriciens. Cela n'étonne plus personne que le philosophe ne soit pas sa philosophie, qu'il ne fasse pas corps avec elle. On admet qu'il puisse écrire pour le plaisir de ratiociner, pour garnir élégamment du papier, pour ravir des oreilles aimant le mot pour le mot, pour inventer au nom de la culture (sachant qu'elle a bon dos) des théories sans queue ni tête mais qui font, paraît-il, «avancer». La sagesse perdue et oubliée, il faut parler quand même, donc parler d'autre chose que de sagesse.

En vérité, cela a peu d’intérêt.

Quant à ceux qui ont encore et toujours soif d'entendre parler de l'art et de l'amour de la sagesse, il leur faudra patienter: ce n'est pas parce que la philosophie est morte qu'il n’y a plus de sagesse quelque part tapie, notamment dans les lieux de méditation, à attendre que très fort on la réclame.

 

 

 

 

P.S.: Le billet du 8 février 2011 parlait de réhumanisation.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article