Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

pacifisme

La morale est un facteur de cohésion sociale d’autant plus nécessaire qu’une société compte beaucoup de membres*. Il faut en effet pouvoir maîtriser les conflits internes  quand l’agressivité des membres ne trouve plus à se décharger à l’extérieur de ce groupe important, un extérieur devenu hors de portée**.               

Le divin a alors « bon dos », et c’est sur lui que se construira cette morale en réalité tout à fait humaine (et à laquelle, dit en passant, ne sont assujettis que les dominés de cette société, les plus crédules aussi).

A l’inverse, un individu solitaire et n’étant pas intéressé outre mesure par le comportement de ses semblables (voyez la citation de Pascal sous la photo en en-tête de ce blog) n’aura forcément besoin d’aucune morale pour se comporter décemment avec les autres.

Et si de plus cet individu est un adepte de la méditation, un être dont les seuls dieux sont le silence et le déconditionnement, il ne cherchera forcément à convertir personne à ses valeurs. Où trouver quelqu’un de plus inoffensif que cet homme en paix avec lui-même?

 

 

 

*: Selon Hervé Morin (dans un article du Monde « Le genre humain, sans préjugés »  du 5 janvier 2013), le chercheur Michel Raymond a constaté que plus une société compte d’individus plus son dieu est moralisateur.

**: On relira avec bénéfice à ce sujet le chapitre Psychanalyse et société dans l’ouvrage de George Philippe Brabant intitulé Clefs pour la psychanalyse et édité chez Seghers en 1970.

P.S.: Le billet du 21 janvier 2011 parlait d’incapacité.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article