Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

orientation

Pour l’adepte du silence, la seule position à avoir vis-à-vis d’une télévision, même éteinte*, c’est de lui tourner le dos.




*: Eteinte, elle ne dit plus de bêtises, mais envoie quand même encore de mauvaises ondes que seul le dos - et encore ! - peut supporter.

P.S. : La révélation la plus forte? Vous la trouverez dans le billet du 19 février 2009 qui portait le titre de condensé.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Arthémisia 24/03/2010 20:35


Conclusion : être  sage c'est être fou ...et réciproquement ?


Marc 01/04/2010 11:51



Donnons la parole à Héraclite:


"Chemin vers le haut, chemin vers le bas, un et même chemin."



Arthémisia 05/03/2010 20:26


Mais aussi relève de la folie !


Marc 24/03/2010 19:07


Dans d'autres, les fous sont les sages.


Arthémisia 05/03/2010 19:17


Nous sommes très peu nombreux pourtant  à partager ce ressenti. Pour beaucoup vivre sans télévision revèle de la folie.


Marc 24/03/2010 18:54


Dans certains mondes les sages sont les fous...


Arthémisia 01/03/2010 06:16


Sa seule présence m'est douleur. Même si je ne le vois pas. Il émane d'elle bien autre chose que du rétinien. Elle est. Avec tout son potentiel. Cela suffit largement à me la rendre des plus
désagréables.


Marc 05/03/2010 19:05


Ainsi donc, toi aussi!


Frédéric 21/02/2010 11:25


En quoi la TV gêne t elle celui qui est dans le silence ?
Peut être qu'elle gêne celui qui cherche le silence ?

amitié

frédéric


Marc 23/02/2010 15:49


Il est moins question ici de gêne que de superfluité, cher ami.