Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

obstacle

Notre interlocuteur, c’est ce que nous ne disons pas mais que nous laissons entendre, ou mieux encore ce que nous voudrions qu’il entende qu’il comprend le mieux. Et c’est à chaque fois un étonnement que de s’en rendre compte. On pourrait même dire que d’une certaine façon la communication se fait en dépit du langage.

Et pour le méditant? Le silence, en dépit de quoi se fait-il? De la pensée que l’on voudrait l’atteindre, sans doute.

 

 

 

 

P.S.: Le billet du 3 février 2011 parlait de pondération.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

cat 03/02/2012 10:37


étonnement face à un interlocuteur qui comprendrait ce que nous ne savons dire .. quelle chose étrange car est-ce possible puisque nous ne sommes jamais vraiment au clair avec le langage qui est
par essence limitant, limitant de notre propre pensée d'ailleurs .. Au delà le silence si nous y pensons est-il atteignable finalement ??

Marc 21/02/2012 15:54



Le silence serait impensable et ce ne serait que justice.