Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

malaise

Une des raisons, et pour certains la première, pour laquelle l’instinct de reproduction n’est pas souhaitable, est qu’il empêche l’être humain de réfléchir de façon dépassionnée, déconditionnée et libre, et donc philosophique, à la souffrance dont chacun pourtant voit bien (même si c’est parfois avec difficulté, comme s’il fallait du courage) qu’elle est partout et qu’elle n’existe que parce que nous la reproduisons et que cela veut dire qu’elle n’existe que parce que nous nous reproduisons, et qu’il est en notre pouvoir et en notre pouvoir seul, d’éliminer cette souffrance en ne…

 

 

 

 

P.S.: Le billet du 6 janvier 2010, intitulé majuscules, évoquait le concept hindou de Réalité Ultime.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

cat 13/01/2012 11:03


la lucidité est mon seul crédo et ma seule réflexion ! même si elle engage nécessairement à la solitude !

Marc 19/01/2012 15:52



Lucidité et solitude vont effectivement souvent de pair.



cat 11/01/2012 17:50


avons-nous vraiment cherché ?

Marc 13/01/2012 10:31



Moi, peut-être pas assez, mais toi, tu sembles y avoir beaucoup réfléchi, ce qui t'honore...



cat 06/01/2012 07:35


En tous cas, il est tout à fait possible de se reproduire sans tomber dans le panneau des mêmes schémas de violence ! je ne vais pas dans le sens du "le mieux serait de ne pas se reproduire" mais
du "mieux serait de ne pas transmettre ce qui nous tue" ... la liberté absolue de l'individu se trouve là, dans un changement de perspectives et de conscience ! prendre le mal absolu comme une
fatalité fait indéniablement échapper à notre responsabilité individuelle et il appartient à chacun de transmettre autre chose que ce que lui même a pu recevoir de ses parents par exemple ! la
violence au delà est un état humain, nous avons en chacun de nous un ange comme un démon, quand on attaque une thérapie, cette noirceur apparaît relativement vite, elle est pour ainsi dire
ontologique, n'oublions pas que dès sa naissance, l'enfant est un pervers polymorphe, il appartient à l'adulte qu'il va devenir de gérer cette perversité, perversité qui dit toujours que l'Autre
est un ennemi  ! Ceci posé, clair que ne pas se reproduire se traduirait tout simplement par la disparition pure et simple de la race humaine, et naturellement de la violence elle même ..
pourquoi ne pas chercher d'autres solutions ?

Marc 11/01/2012 17:05



Chercher d'autres solutions, mais nous n'avons jamais fait que cela. Sans résultat,il me semble.