Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

incertitudes

Vous êtes hospitalisé. Vous vous croyez pris en mains. Soyez pourtant suspicieux et vigilant! Les erreurs de diagnostic et de traitement ne sont pas exceptionnelles, pas plus d’ailleurs que celles que vous pourriez trouver dans votre facture. A l’hôpital ne comptez pas trop sur les autres.

Vous vous faites construire un toit. Vous pensez que vous pouvez faire confiance aux « hommes de métier ». Grossière erreur! Si vous vous savez naviguer à vue en espérant voir un jour vos murs se refermer sur votre bonheur, votre architecte et votre chef de sentier sont eux dans le brouillard le plus dense. Gardez les yeux bien ouverts jusqu’à la fin de travaux.

Vous donnez vos sous à une banque pour qu’elle en prenne soin. Naïfs! Les paroles de votre banquier ne sont que des formules auxquelles il ne croit pas lui-même, et de toute façon ses ordinateurs en font à leur guise.

Vous entendez parler de conférence sur le climat. Vous pensez que vos élus y prennent soin de la planète (pas vous, qui continuez à vous reproduire comme si la planète pouvait encore porter vos enfants, mais eux). Erreur, dans le luxe inouï de palaces énergivorissimes, ils piétinent, naviguent dans le flou, vous mènent en bateau droit vers le précipice annoncé, et pas un pour prendre la barre et virer toute. Pour le dire simplement, vous êtes mal barrés, pire, il n’y a même pas de capitaine sur le bateau.

Et en méditation? Là aussi l’incertitude est totale. Les impondérables s’invitent volontiers dans votre mètre carré dédié à l’assise. Chaque méditation est surprenante, parfois en bien, parfois en mal.

Tout est incertain en ce monde. Aucune seconde à venir n’est encore écrite. Et le monde extérieur n’est pas si sûr qu’il en a l’air. Le monde intérieur, non plus d’ailleurs. Mais ce dernier, au moins peut-on tenter de l’apprivoiser. Voilà sans doute pourquoi les sages nous invitent à la constance et à la régularité dans notre sadhana (pratique méditative).

 

 

 

P.S.: Le billet du 7 décembre 2007 parlait de dédramatisation.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article