Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

hypothèse

Etre mystique ce serait être déconditionné, c'est-à-dire prêt: prêt à admettre n'importe quelle assertion (provisoirement appelée "vérité") aussi étonnante puisse-t-elle paraître pour un mental habitué à fonctionner au départ de références établies et tenues pour indéniables.

Etre mystique ce serait n'avoir aucune base.





P.S.: Le billet du 20 avril 2008 vous proposait une illustration d’une proposition de Cioran par du Richard Strauss. Réfléchissez. Ecoutez.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

simone 04/05/2010 08:52



J'avais compris



simone 23/04/2010 14:02



Le préalable du déconditionnement est l'expérience mystique et non l'inverse. C'est sa puissance qui arrache aux bases du conditionnement.



Marc 30/04/2010 10:06



C'est vous qui le dites. Quant à moi, je me contente d'hypothèses suggérées au conditionnel.



Saint-Songe© 20/04/2010 13:22



En substance, c'est la Mystique de Madame Guyon : l'oraison de la simplicité, bref, à l'écoute du silence, sans même ânonner quelques litanies... Mienne Mystica Verba Profaris :


- L'écoute attentive ; accepter la réalité telle qu'elle est, sans rien projeter, ni situation ni rencontre ni vie autre, être là, tenez, en ce moment un oiseau sifflote au soleil, je l'entends
pour vous, car la mystique est aussi écouter pour l'univers et les autres, la mystique : rejetée et condamnée par les Fénelon-Bossuet-Cardinal de Noailles-Madame de Maintenon et le Roi en son
Versailles ainsi que d'autres qui embastillèrent la Guyon de l'Amour pur tout en enferrant les Mystiques de l'époque du quiétisme (XVIIème) où l'on préférait la volonté de puissance à la mystique
de l'amour (rien ne semble changé, non ?) Voilà, j'ai échappé à l'emprisonnement de la sorte, ayant filé à l'anglaise de la société du "moi-je", tout à l'enflure de l'amour-propre Molièresque
!... Bonne mystique !



Marc 30/04/2010 10:05



J'ai bien peur de n'avoir pas connaissance de vos références. Sauf pour les oiseaux, bien entendu.