Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

gratuité

Des motivations du méditant, au fond on ne peut rien dire.

Par exemple, dire que l’on médite parce que c’est le seul acte gratuit, c’est très beau mais déjà trop. En effet, "méditer parce que", est-ce cela un acte gratuit ? Méditer pour rien serait plus exact, et absurde seulement pour ceux à qui la méditation n’est (peut-être) pas destinée. Alors mieux vaut se taire.

D’autre part, c’est aussi une erreur, semble-t-il, de dire que quand vous en êtes au stade où vous méditez sans raison ("pour rien"), c’est que vous n’avez plus besoin de méditer. "Avoir besoin de": disant cela vous laissez transparaître que la méditation, vous voulez absolument lui trouver une raison d’être, la faire servir à quelque chose, preuve alors que vous n’y avez rien compris, que la gratuité vous dépasse. Décidément, des motivations du méditant, au fond…

 

 

 

 

P.S. 1: A ce sujet et pour mieux le comprendre, on relira avec intérêt ce très ancien billet (du 9 octobre 2006): concession.

P.S. 2: Quant au billet d’il y a deux ans, jour pour jour, le voici, il s’intitulait interrogations.

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article