Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

extrapolation

Le corps est plus que la somme de ses parties, constate-t-on aisément à chaque relaxation profonde (yoga nidra*). Et ce n’est pas parce que ce corps appréhendé dans son ensemble respire et donc est (sat*) et est pris en considération par la conscience (chitta*), non, c’est pour une autre raison, que l’on pressent irrémédiablement insaisissable.

Et à bien y réfléchir, cette insaisissable raison est peut-être bien du même ordre que celle pour laquelle il nous est si difficile d'expliquer pourquoi l’univers est, lui aussi, à l'évidence, plus que l’ensemble de ses parties.

Dans le premier cas il faudrait sans doute introduire la notion d’âme (atman*), dans la seconde, de Dieu (Brahman*), allez savoir d’ailleurs si ce n’est pas la même chose.

 

 

 

 

*: Termes sanskrits à l’usage des familiers du yoga darshan et de l’advaïta vedanta darshan. Le texte peut toutefois se lire sans aucune connaissance de ces cultures.

P.S.: Le billet du 3 décembre 2009 vous proposait une énigme, un koan moderne en quelque sorte.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article