Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

eudémonisme

Habitués qu’ils sont à subir l’existence (le travail, les soucis), les gens qui abordent la méditation formelle s’attendent là aussi à souffrir, à travailler, à faire effort.

Tout le travail du professeur de méditation (si tant est que l’on puisse se targuer d’une telle qualification sans tomber immédiatement dans le ridicule) consisterait alors à dissuader ces nouveaux « élèves » de ramener la méditation à la vie qu’ils mènent, à savoir un combat.

Certes, la méditation c’est la vie, mais l’une et l’autre sont à jouir, pas à subir.

 

 

 

 

P.S.: Le billet du 28 septembre 2006 parlait d’aisance. Il corrobore ce qui est dit ici.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
M
<br /> beau texte merci. Je passais sur le net, j'ai aimé m'arrêter sur ton texte. ;)<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Merci, Marc.<br /> <br /> <br /> <br />
P
<br /> C'est souvent quand retentit le son final que je prends conscience de cette légèreté : au début, il y a encore une espèce de chape de plomb qui traîne sur mes épaules et peu à peu elle s'envole<br /> ...<br />
Répondre
M
<br /> <br /> On devient léger...<br /> <br /> <br /> <br />