Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

égocentrisme

La tragédie de l’existence humaine c’est sans doute qu’au fond et à de très rares exceptions près, chacun n’aime* que soi - et que donc il n’y a personne qui nous aime que nous-mêmes.

Et si, après nous avoir permis de le comprendre, la méditation seule pouvait quelque peu nous en consoler?


*: Ceci s’entend à l’exception des manifestations d’espèce en vue de sa pérennité: l’amour sexuel et la protection exercée par les géniteurs sur leur progéniture. D’autre part, il faut au moins entendre ici par aimer quelqu’un être prêt à donner sa vie pour lui.

P.S.: Le billet des 26 et 27 octobre 2008 parlaient de silence. Voici le premier.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

M 10/11/2009 16:54


"Méditer active la partie du cerveau du bonheur, se trouver, se centrer, se sentir tout petit et si grand dans l'univers, c'est une expérience forte"

Méditer c'est le retour vers soi, vers notre vraie nature, un au milieu d'un tout, une expérience enrichissante, je suis bien d'accord.


Marc 18/11/2009 16:59


Ouf!
Merci Muriel.


fée des agrumes 30/10/2009 10:21


Egocentrisme et estime de soi ne sont pas du même ordre. Dans la détestation de soi, i peut y avoir un grand égocentrisme et dans l'estime de soi, un grand altruisme.
Méditer active la partie du cerveau du bonheur, se trouver, se centrer, se sentir tout petit et si grand dans l'univers, c'est une expérience forte.
Prendre la mesure de soi et laisser passer, entre compassion pour soi, pour les autres, mesure en tout circosnstance, non pur évaluer et comparer, simplement pour réaliser de la marche du monde
dont nous somems aprtie intégrante.


Marc 18/11/2009 16:44


J'abonde dans ton sens.


Francoise-L. 29/10/2009 07:33


Les infinis se rejoignant, je pense que la tragédie inverse qui consiste à ne pas s'aimer soi-même est au moins aussi grave.
C'est elle qui permet de manipuler les foules, ceux dont la dignité a été piétinée et qui, d'une manière ou d'une autre, sont à ce point, sans talent, qu'ils sont réduits à la
mendicité  : Voici un échantillon de l'opium des pauvres "Rassure-toi, quoi que tu fasses tu ne peux être qu'aimable n'oublie pas ta richesse intrinsèque qu'est ton
identité nationale."
Normal dans un pays où les gouvernants estiment que l'acte de naissance peut donner tous les droits... ou presque"
Ma colère n'efface pas mes amicales pensées pour toi.


. 18/11/2009 16:43


Sans doute mais dans la perspective de mon billet on pourrait presque dire que ne pas s'aimer soi-même, c'est encore s'aimer soi-même, se placer au dessus de tout le reste, se voir ccomme le centre
du monde.