Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

ébranlement

Méditer, c’est pratiquer la révolution permanente.

 

 

 

 

P.S.: En date du 8 mars de l’année dernière on trouvera une définition autrement inspirée de la méditation: suggestion.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
P
<br /> Oui j'avais pensé également au sens révolution (changement) mais c'est amusant de constater qu'à partir d'une pensée chacun la "décortique" et la comprend différemment...<br /> <br /> <br /> Pendant la méditation je n'ai pas encore de pensées aussi complexes, ce sont plutôt des pensées terre à terre qui passent et que j'essaie de laisser filer...mais je suis au tout début de<br /> l'apprentissage de cette "discipline" ( j'ignore si ce terme convient)<br />
Répondre
M
<br /> <br /> - Les derniers seront les premiers, en fait ils le sont déjà.<br /> <br /> <br /> - Discipline: Pourquoi ne pas employer ce terme si, pour soi, elle a une connotation d'agrément et de non-coercition?<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> permanente et silencieuse, c'est le support de désir qui lui donne sa force....<br /> <br /> <br /> le désir bienveillant du méditant, voilà la révolution de la révolution...<br /> <br /> <br /> soyons révolutionnaires, méditons! :o)<br />
Répondre
M
<br /> <br /> J'ai toujours un problème avec le concept de désir quand on voit à quel point le Bouddha, ce grand méditant, le vouait aux gémonies.<br /> <br /> <br /> Comment ça va, Mamlilou?<br /> <br /> <br /> <br />
F
<br /> Evident.<br /> <br /> <br /> Surtout dans un monde où tout s'accélère <br />
Répondre
M
<br /> <br /> "Méditer, c'est avoir constamment le pied sur le frein .": une fulgurance rien que pour toi mais que tu m'as<br /> soufflée...<br /> <br /> <br /> <br />
F
<br /> Bien d'accord avec toi<br /> <br /> <br /> sinon qu'est ce ? de la relaxation ! <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
P
<br /> J'essaie de comprendre : révolution permanente veut dire retour vers soi ???<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Tu signales une homonymie à laquelle je n’avais pas pensé et c’est fascinant car au fond, on peut fort bien voir dans la méditation quelque chose qui relève du retour périodique ou de la rotation<br /> complète. Bien vu.<br /> <br /> <br /> Mais je prenais, comme le titre le suggère, la révolution dans son sens de renversement d’un ordre établi. N’est-ce pas ce que "fait" la méditation à son niveau particulier, cette remise en<br /> question?<br /> <br /> <br /> Et pourquoi permanente? Parce que rien n’est jamais acquis, tout, absolument tout, étant susceptible d’être remis en question (foi de méditant, même cette dernière pseudo certitude que tout est<br /> susceptible d’…), ce qui ne donne plus de valeur qu’au silence.<br /> <br /> <br /> A remarquer que cette permanence est souhaitable. Ne constate-t-on pas que les révolutions triomphantes n’ont jamais pu éviter l’instauration d’un régime de terreur, comme le souligne le<br /> philosophe Badiou? Au niveau du méditant, une révolution réussie déboucherait sur des certitudes, la tentation de convaincre (vois les innombrables gourous, ces imposteurs, sans exception aucune)<br /> et donc  l’autoritarisme d’une personne "qui sait" et qui conditionnerait d’autres esprits, cette suprême forme de violence?<br /> <br /> <br /> Merci pour ta question, Patricia. J'espère y avoir quelque peu répondu.<br /> <br /> <br /> <br />