Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

dissolution

Le plus grand danger, quand vous avez reçu "quelque chose" de Lui, consiste à vouloir en faire "quelque chose" en aidant "les autres". Parce que vous pensez que les autres - qui sont-ils sinon vous-même (encore) conditionné? - ont besoin de votre (ego pas mort!) aide. Parce que vous réalisez que cette énergie que vous allez donner va vous être retournée, qu'elle va vous permettre de rester au niveau où vous êtes (le problème c'est ce "vous" qui désire rester à ce niveau). Il vaut mieux quitter ce niveau, descendre, dégringoler, devenir Réellement rien, un éternel étudiant, quelqu'un qui n'a rien eu ou qui n'a aucun désir de garder ce qu'on lui donne (même si le cadeau vient de Lui). Alors vous êtes rien. Vous n'êtes personne. Votre nom est personne. Dieu*.


*: Dieu n'est pas connu. Pourquoi? Parce que Lui n'a pas la plus petite idée (image) de Lui-même, la moindre impression, certitude qu'Il est Dieu. S'Il réalisait qu'Il est (Dieu) Il ne le serait plus. (De plus, s'Il était connaissable, il y aurait une insupportable limite à la connaissance). C'est là le plus grand mystère du monde qui induit tous les paradoxes, toutes les absurdités pour l'esprit qui en toute logique recherche Dieu et attend qu'Il se présente (Lui qui ignore qui Il est et même qu'Il est).

P.S.: Il n’y a pas eu de billet le 25 novembre 2008. Le billet du 25 novembre 2006 s’intitulait présomption et celui du 25 novembre 2007 faisait certaines suggestions. Choisissez celui que vous aimeriez lire ou relire.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

mirabelle 29/11/2010 14:11



Merci de votre réponse Marc. Cela m'a fait du bien de vous lire : certains questionnements  isolent et peuvent devenir lourds à porter parfois. C'est alors la magie d'un blog tel que
celui-ci de trouver à qui les adresser et d'y recevoir une réponse "en phase".


Je pratique la méditation zen mais pas le yoga, et il semble que cela ne nous empêche pas de nous comprendre. C'est une belle surprise.



Marc 03/12/2010 09:07



Merci Mirabelle. Ravi que mon blog vous plaise. Vous dites que vous pratiquez la méditation zazen et pas le yoga. Voici ce que je pense de ces classifications, peut-être cela aussi vous
intéressera-t-il:


http://fautedemieux.over-blog.com/article-13935584.html


et


http://fautedemieux.over-blog.com/article-31579140.html



mirabelle 28/11/2010 12:01



Bonjour, Marc. Me restent quelques points à éclaircir :


1. Pourquoi "de Lui" (quand vous avez reçu quelque chose "de Lui") :ce qui est reçu est reçu. Ce qui est reçu évacue tout point de vue causal, me semble-t-il (sauf pour les chrétiens et autres
"croyants" en un "créateur" peut être ?).


2. Le mouvement vers l'aide ou le partage n'est-il pas la prolongation naturelle de ce qui a été reçu lequel devient le moteur de notre élan et de notre dynamisme, qui peut prendre diverses
formes, peu importe du moment qu'on laisse faire le dynamisme ainsi éveillé - lequel n'exclut pas le contrôle en temps réel d'un juste discernement ?


ou dit autrement : ce qui est reçu, n'est il pas reçu comme un appel, un appel à réponse ; la réponse pouvant être ce "partage" ou toute autre action/non-action sur le mode de l'ouverture -
l'attention, la vigilance, la sollicitude par exemple : devenir respons-able en quelque sorte, manière renouvelée d'être (présent) au monde, en pleine conscience, comme 'ils' disent ; en pleine
adéquation (ce qui exclut de facto l'enflure de l'ego !).


3. aider les autres : n'est ce pas le mobil de ce blog ? je n'y vois rien de répréhensible, au contraire . Sans doute
vouliez vous nous mettre en garde avec raison : "l'enfer est pavé de bonnes intentions !".


4. "... Lui, qui ignore qui Il est et même qu'Il est " : cela me semble si étrange qu'on puisse affirmer de ce 'Lui' "qu'Il ignore qui Il est et même qu'Il est" : à ce point là ( vous vous
référez à Maître Eckart ?), y-a-t-il encore un Il pour savoir ou ignorer ? est ce que ce sont les mots et le langage qui nous forcent à parler ainsi - pour mieux cerner le "sujet" incernable du
blog ou bien quelque chose m'échappe-t-il ? défi quasiment impossible à relever, non ?


Croyez bien que je ne cherche pas à épingler tout ce que vous dites ! je voudrais seulement m'approcher au plus juste de ce que vous cherchez à nous exprimer et m'assurer que je ne passe pas 'à
côté', même si c'est inévitable sans doute - parce que cela me tient vraiment à coeur. 


Ce dimanche s'annonce froid comme un sorbet : j'espère que vous saurez le réchauffer à votre manière !



Marc 29/11/2010 13:34



Votre commentaire est trop dense pour le lire sur écran et je vais le lire à mon aise sur papier. Je n'y répondrai peut-être pas pour la raison suivante, c'est qu'il est tellement réfléchi que je
ne pourrai peut-être rien y ajouter et encore moins y opposer de valide, mon but étant (pour répondre à votre point 3) seulement de tenter de montrer que la méditation est ce qu'il y a
de mieux à faire (faute de mieux). Ce que vous avez parfaitement compris (cela dit pour vous rassurer: vous ne passez à côté de rien ici, bien au contraire.


Amitiés.



Tony S 26/11/2009 06:28


Marc c'est un blog de qualité ! S'il m'est possible de voir que je me crée à chaque seconde, alors cette simple vision offre en elle-même la dissolution. Alors la Tranquilité prend place,
tranquillité qui n'a rien à voir avec l'absence d'action ou de mouvement. L'espace, comme vous le dites, de ne rien être. Cordialement


Marc 26/11/2009 17:54


Nous nous comprenons, Tony. Merci pour votre appréciation.
Cordialement aussi.