Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

description

Brahman, la Réalité Ultime ne serait pas à atteindre, elle ne serait strictement pas différente de la réalité toute simple. L'une serait l'autre. Aucune hiérarchie ne les séparerait. L'une ne mériterait pas une majuscule que l'autre ne justifierait pas. Tout ceci serait évident pour l'homme libéré qui serait l'homme tout simple (puisque la libération ne serait pas à atteindre, puisque nous serions libérés).

Bien sûr, tout cela n'a pas de sens pour la raison et est impossible à appréhender par le raisonnement, activité la plus courante du cerveau de l'homme*. Y aurait-il une proposition qui puisse lancer une perche, construire un pont, réveiller le bon sens? Proposons: "... rien ne sépare ce que l'on fait de ce que l'on est**." Ce que l'on fait: réalité pratique, immédiatement appréhendable; ce que l'on est réalité ontologique. Dans l'évolution spirituelle d'un homme (et pour autant que l'on admette, "le temps de la démonstration", la réalité du temps) cette phrase proposée plus haut a toujours été vraie et l'est encore aujourd'hui. Non seulement elle est vraie, mais elle décrit complètement à chaque instant (ceci moyennant toujours la même concession quant à la réalité du temps) l'évolution spirituelle non seulement des hommes mais de tous les êtres vivants. (Brahman étant indescriptible, elle ne prétend cependant pas être moyen, même dérisoire, de l'approcher.)





*: L'occasion est trop belle pour ne pas faire remarquer ici que c'est peut-être justement faire parce qu'il cultive presqu'exclusivement sa faculté de raisonner (et parce qu'il ne se fie qu'à sa raison) que l'homme a acquis une certaine forme de supériorité sur les autres espèces, supériorité dont il ne se prive de se glorifier et dont il n'a pas encore compris qu'elle est, tout bien pesé, plus un fardeau qu'un atout pour son passage dans l'existence (pour y jouir d'être, pour y vivre l'extase, pour s'y fondre dans Brahman, etc...).

**: Nous ne traiterons pas ici d'une autre identité encore plus philosophiquement fondamentale: celle qui lie ce que l'on pense à ce que l'on est.

P.S. : Comme ceux des deux jours précédents, le billet du 25 janvier 2008 parlait de nos souffrances névrotique et existentielle.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

2ja 26/01/2011 18:02



Bonjour tout le monde,

Marc, quand vous écrivez : "Je vous surtout dans cette secte une implacable machine à freiner [...]", est-ce que "secte" renvoie à "catholicisme" du commentaire de Françoise-L ?



Marc 01/02/2011 11:29



Oui.



Francoise-L. 29/01/2010 09:54


Cher Marc,
Toute partie de la population  peut être considérée comme secte puisque différente du tout. Quant au freinage de l'émancipation c'est sans doute vrai comme tout moniteur d'auto-école quand
l'apprenant veut accélerer alors qu'il
semble ne pas avoir la capacité de piloter rapide.
En plus, circonstances aggravantes, ce sont des humains avec toutes les imperfections que cela suppose, qui sont les enseignants.
Si je puis me permettre, il faudrait voir un peu plus loin et là peut-être découvriras-tu comment chaque idéologie est une base sécure très favorable à ceux qui ont eu le privilège de pouvoir y
amarrer leur conscience le temps de sa maturité.
Amicalement


Marc 04/02/2010 11:36


Cher Françoise- Louise,
Ne me dis pas que ton intention est de faire du prosélytisme sur mon blog! Noooooooonnnnn....
Bises


Sylvie 28/01/2010 17:42


J'aime bien la simplicité.  Il en reste, qu'une amitié-e sincère est derrière tout ça. Esprit et Âme sont une seule Union.


Marc 04/02/2010 11:28


Je ne vois aucun rapport avec mon billet, une fois de plus.


Françoise -L 26/01/2010 08:37


Comme quoi, au sommet, toutes les vérités se rejoignent.
Dans le catholicisme, Dieu est aussi au coeur de l'homme et ne demande qu'à s'exprimer. Ce qui parasite sa communication et ses interventions à travers nos comportements, est la croyance qu'il est
à l'extérieur.
Il est vrai que concevoir sa présence totale en nous et en chaque autre n'est pas aisée même si la phrase "aime ton prochain comme toi-même" est un grand classique. La difficulté
majeure me semble résider en la Liberté de l'homme qui implique son choix de laisser à sa nature divine les initiatives.
Amicalement 


Marc 28/01/2010 17:56


Je vous surtout dans cette secte une implacable machine à freiner l'émancipation de l'homme.
Excuse-moi, Françoise-Louise, mais on est là tellement loin des subtiles intuitions d'un Adi Shankaracharya (par exemple) sur la nature de la Réalité...
Amitiés.