Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

dégustation

Les stages de méditation intensifs en vogue aujourd’hui dans l’Occident pressé (sesshin de zazen et marathons vipassaniens, par exemple) sont à la méditation au long cours ce que vider sa cave en un week-end de grosse cuite est à la jouissance modérée de ses grands crus. Ils ne sauraient être d’inspiration de cette Inde où l’on prône la mesure en toute chose.

L’Inde (comme la Grèce antique du rien de trop (Μηδὲν ἄγαν), mais c’est là le même monde, aurait dit Dumézil) aime la modération (avec peut-être même une délectable touche de nonchalance). Pour elle, à ce qu’il m’a semblé, méditer doit rester de l’ordre de l’agrément, pas du forcing. Elle ne voit d’ailleurs (quasi) pas cette « pratique » en termes de profit (« Qui d’autre d’ailleurs que l’ego qu’il faudra bien un jour reconnaître comme étant illusoire, pourrait bien en tirer profit? », vous diraient fort à propos certains êtres remarquables que vous y rencontreriez) mais comme une « activité » spirituelle dénuée de toute idée de rentabilité, et vécue avec art.

 

 

 

 

P.S.: Le billet du 23 mars 2011 suggérait que l’on peut marcher comme on médite: progression.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Lise 03/04/2012 08:28


Marc, Frédéric,


Je vous lis avec grand plaisir tant chacun de vos mots vibre.


Marc tu dis " méditer doit rester de l'ordre de l'agrément",cela correspond pour moi à l'image de la "discipline".


Au premier abords les deux mots peuvent sembler contraires et pourtant..
Celui qui devient disciple de la Vie en lui ne peut être que dans l'agrément, ce qui agrée vraiment, ce qui s'accorde en tous points.
Dès lors l'excès n'a plus court, la Joie n'est ni préssée ni indolente..elle est Mesure.


 

Marc 13/04/2012 12:19



Etonnante, ta réflexion, chère Lise. Qu'en pense Frédéric?



Sylvie 24/03/2012 17:07


Méditer pour être rassasié(e). Ton billet reflète aussi certain cours de yoga, le monde médite pour leur profit bien plus que pour progresser, il et elle se remette d'aplomd pour être plus
performant(e).


Mon plaisir est mon délice!

Frédéric 24/03/2012 11:20


Fulgurance questionnante.


Ce qui est peut être à la mode (?) ce sont des stages (? à définir) mais pour ce qui est de pratiques monastiques  (comme les sesshin, je ne parlerai pas du vipassana car je connais peu,
mais il me semble que c'est un peu du "même tonneau" -sans fond bien sûr -) il va être difficile de faire passer
cela pour une mode pour au moins deux raisons : 


dans l'idée, je ne suis pas sûr que l'idéal monastique soit à la modre, pas assez individualiste 

dans la réalisation, car c'est une grosse contrainte (se bloquer 7 à 15 jours, méditer toute la journée, faire le silence etc) qui est loin du consumérisme actuel



 


Maintenant l'exemple de "vider sa cave en un WE avec un grosse cuite" sent le vécu  mais j'en ai une toute
autre expérience, celle justement de la dégustation de la vie qui s'écoule. Au lieu d'être dans le tout , tout de suite, tout le temps pour passer à "autre chose" (sic) nous sommes dans la
dégustation de l'instant, avec toute sa douceur et son âpreté voir son amertume, "bref" (mot à la mode) tel qu'il est.
Un exemple, vécu (désolé il ne concerne pas le vin, mais cela pourrait  ) qui me semble être une belle métaphore.
Par exemple dégusté un gâteau, un seul, une petite galette, en retraite, c'est la goûter pleiinement, et j'ai le goût de cette galette en bouche pendant plus d'une heure voir deux.
Si je suis chez moi, dans le "quotidien de la vie" et qu'il m'arrive parfois (oh si rarement, guère plus d'une fois toutes les secondes  ) de ne pas être dans l'instant présent, si j'ai "faim", je vais prendre trois galettes, que je vais manger plus ou moins rapidement,
et qui vont me donner envie d'en manger juste une (ou deux) en plus 


Voilà, je dirais donc que je vis cela à l'inverse de la façon dont tu l'exprimes. (mais encore une fois je ne parle pas de "stage" dont je ne sais pas ce que cela pourrait être concernant la
méditation ?)


Pour aller plus loin (?) parler de la méditation comme dun agrément n'est il pas justement de l'ordre de l'obtention de qq chose (qui comme tu le dis ne peut être que du domaine égotique) puisque
c'est le résultat d'une action (agréer), résultat agréable. Or si une méditation est toujours agréable, peut être est ce de la relaxation (ce qui est très bien) mais est ce de la "méditation" (là
encore à définiri)?


De part ma modeste expérience, la méditation est de l'ordre de l'ouverture et du "voir". cela implique d'être en capacité de tout "accepter" (au sens d'absorber, de voir, de ne pas se cacher) et
du coup cela n'est pas toujours agréable.


chaleureusement


Frédéric


 

Marc 25/03/2012 20:08



Bonsoir Frédéric,


Ton commentaire est très intéressant et je t’en remercie. Je pourrais répondre assez vite à sa première partie, mais la seconde (« Pour aller plus
loin…_ ») demande de la réflexion et c’est pourquoi je te donnerai une réponse à l’ensemble dans les jours qui viennent.


Chaleureusement,


Marc


 


Voici enfin ma réponse, Frédéric, j’ai eu bien le temps de méditer ton commentaire et je dois dire que j’en ai tiré profit. Loin de moi l’idée de contrer tes
arguments mais plutôt de les comprendre. Rien à redire donc, au fond, dans tes propos.


Je voulais seulement préciser quelque peu ma pensée, si tu permets. En réalité, je critiquais moins le côté tendance, bien réel, quoi que tu en penses, de ces
marathons (que je connais assez bien, qu’ils viennent de Kyoto ou d’Igatpuri) que la déficience de questionnement sur la motivation de ceux qui s’y adonnent: "Mais qu’est-ce donc que je recherche
ainsi et surtout, surtout, surtout, QUI RECHERCHE?" De plus, peu de participants se posent la question de savoir si une pratique régulière et modérée ne serait pas préférable. (Et il y a aussi la
question de l’impréparation des participants, de leurs faiblesses psychologiques et du fait qu’une telle introduction peut laisser de mauvais souvenirs et dissuader de poursuivre la
méditation en douceur, ce qui seait bien dommage, tu en conviendras peut-être.)


Ensuite, la question sous-jacente dans mon billet était de savoir si l’on est de ceux qui considèrent que la méditation est une pratique à visée particulière
ou pas (je reviens plus loin sur la motivation "plaisir" que tu soulignes). Une activité ou un état.


Contrairement à toi, je pense que le cadre (monastique, érémitique ou séculier) ici a peu d’importance. (C’est qu’on trouve les mêmes motivations, les mêmes
composantes psychologiques dans ces différents mondes.)


Par contre, il me semble que différencier le monde indo-européen du monde extrême oriental n’est a pas dénué de sens ici et mérite une réflexion approfondie,
notamment sur le concept, fondamental pour le méditant aussi, de "juste mesure".


Enfin, concernant cette idée d’agrément sur laquelle tu termines, je pense qu’il y a un autre parallèle à faire entre la méditation et le vin. Loin de moi
l’idée que l’on médite pour se faire plaisir mais pourquoi passe-t-on systématiquement sous silence le plaisir que l'on a à méditer (ce serait de la relaxation, suprême horreur!), comme on le
fait dans l’ivresse provoquée par la dégustation d’un grand cru? Est-ce parce que nous avons intégré cette dimension de culpabilité quand il s’agit de nous faire du bien? Est-ce honteux ?
Faut-il nécessairement « payer » pour cela? Et ma dernière question alors sera : la méditation n’a-t-elle pas précisément pour avantage de nous débarrasser de nos conditionnements
en ces domaines aussi?


Je  te remercie encore une fois pour le dialogue que tu as bien voulu avoir avec moi. Je m'excuse pour le retard à te répondre (et ce sera, hélas, encore
plus le cas dans les semaines qui vont venir, pour des questions pratiques que je ne peux exposer ici).