Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

découpage

Aux quatre castes (varna) du monde gandhien (et déjà plus trop de celui de Nehru) correspondraient en Occident les suivantes:

- Les maîtres (tous les gens très riches et/ou très puissants)

- Les mercenaires (bras droits des maîtres qui les sucrent, ils roulent en BMW, leurs machines de guerre)

- Les esclaves (constamment dans l’insatisfaction et la précarité, toujours à guetter les meilleurs rapports qualité/prix pour leurs carottes, vous les trouverez aisément dans les trains surpeuplés et dans les bouchons autoroutiers du matin et du soir, à chercher un « emploi » ou à tout faire - et n’importe quoi - pour garder le leur)

- Les outsiders (ces hors castes pour lesquels les valeurs sont autres, qui ne sont ni pauvres ni riches: les artistes authentiques (on dit aujourd’hui les « créateurs » mais attention à l’usage abusif que l’on fait de ce terme) et les voyageurs qui font un usage immodéré, les uns du monde, les autres du silence. Ces derniers font ce que l'on appelle méditer.

 




P.S.: le billet du 16 octobre 2008 parlait de lucidité.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Francoise-L. 24/10/2009 09:22


Il me semble que tu peux garder les titres des catégories mais que les manifestations caractéristiques de tel ou tel état ont évolué.
J'ai d'ailleurs écrit un article sur le "nouvel esclavage".
Celui qui se manifestera lundi prochain, par exemple, quand un UMP modifiera son vote initial pour obéïr à des injonctions partisanes au détriment de sa liberté... et qui trouvera cela inévitable,
ou pire, normal.
S'il existe encore des maitres, ce sont ceux qui choisissent l'indépendance  et qui opposent à la peur la peur encore plus grande qui est le mépris des menaces. Amicalement


Marc 26/10/2009 10:23


C'est l'auteur du Tao-te king (Lao tseu) qui disait que si le puissant contrôle les autres, le vrai puissant se contrôle lui-même...
Amitiés.


céleste 16/10/2009 21:45


Bonsoir Marc, quel plaisir :-)

Bon, le découpage...pertinent par rapport à la société occidentale actuelle, c'est bien comme ça.
Pour moi ce n'est qu'une constatation, pas un jugement.
Je crois aussi qu'on a le choix de ne pas être maître, ni mercenaire et peut-être aussi de ne pas être esclave.
Comment dire, je pense qu'on peut aussi choisir de ne pas être esclave mais que c'est très difficile, à cause du conditionnement, des contraintes économiques etc...pourtant parfois il y a des
rebellions et parfois même elles sont pacifiques et on se met à marcher derrière Gandhi, pour aller jusqu'à la mer...

Baci, Marcji


Marc 21/10/2009 16:00


Je faisais une constatation, chère Céleste. La question du choix, c'est autre chose, une question vaste comme le monde. Et puis il y a aussi le fait est que je ne peux parler que des hors castes en
(légère encore bien) connaissance de cause.
Ca va en France? On se fait des baci, là aussi?
Bises.


fée des agrumes 16/10/2009 21:12


Dans l'inconstance et l'impermanence, les places sont- elles valables ad vitam eternam?
y a t-il quelque cheminement dans ces divagations ?
 Cloisonner et enfermer? se révolter ou se soumettre?
ici et maintenant, j'en suis là, hier était autre, demain encore différent.
Enoncer ces phrases ne me classifie t- il pas déjà dans l'une de ces catégorie?
Méditer pour laisser passer les pensées.


Marc 21/10/2009 15:54


Tant de bonnes questions et une encore meilleure réponse.


h 16/10/2009 16:51


- et si on cessait de trier (de séparer) les uns des autres dans des tiroirs à catégories,- si on commençait par les regarder à partir de ce qu'ils sont au fond (des semblables pour l'essentiel) et
non à partir de ce qu'ils ont ou n'ont pas (donc, des concurrents, des prédateurs les uns pour les autres),
il me semble qu'on éviterait bien des impasses pour ce qui est de notre relation aux autres et au monde, non ?
amicalement,



Marc 16/10/2009 20:20


Il s'agit ici de décoder quelque peu le monde où nous vivons. Il me semble que seule la lucidité peut mener à cette bienveillance dont vous vous faites l'apôtre. Comprendre; ne pas juger.
Merci pour votre lecture et plus encore, pour votre réflexion.