Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

concentration

Les adeptes de Shiva, de Vishnu et des autres, ils ne dialoguent peut-être pas toujours avec Dieu - souvent concernés qu'ils sont, eux aussi, par leurs propres intérêts - lorsqu'ils s'adonnent à leurs rites, en chantant, priant, encensant… mais qui, en Occident, pourrait encore rester dix minutes seulement, englouti dans une activité où il s'immerge au point de pouvoir faire totalement abstraction de son environnement et de ne s'inquiéter aucunement de ce qu'il lui faudra faire lorsqu' il en reprendra pleinement conscience?

N'est-il pas là le sacré, lorsqu'on exerce sa capacité d'abstraction (dans abstraction il y a "s'abstraire", faire abstraction de soi) jusqu’à l’oubli total de soi et qu'on se révèle ainsi à soi-même sa propre aptitude à la puissance?

Et n'est-ce pas dans cette révélation que l'on atteint le suprême? La puissance que certaines religions telles que l'islam accordent à Dieu (Allah, le Tout-Puissant), n'est-ce pas, hors le vacarme des doctrines et tout bien pesé, la puissance de notre propre mental, spécialement lorsqu'il plonge dans l’immensité de l’infini?





P.S.: Dans le billet du 28 mai 2008 il était question de souffrance, de plaisir et de bonheur: hypothèses.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Saint-songe 28/05/2010 13:30



Je dois être un cas "concret" : je m'abstrais, tous les jours (au moins autant que vous le dîtes, puisque c'est en heures !!)