Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

cohérence

A relire mon blog je me pose la question de son homogénéité et aussi celle des redondances éventuelles, rares selon moi mais peut-être pas pour d’autres. Je me dis aussi que je me contredis sans doute trop peu.

Se contredire n’est pas la marque d’une pensée superficielle, c’est celle d’une pensée en évolution. Ce qu’il faut c’est rester conséquent avec soi-même (par exemple en creusant un  concept comme celui de la méditation). Alors, l’œuvre est homogène tout en autorisant une évolution qui se remarquerait par des contradictions ici ou là, preuve que l’on peut se remettre en question, que l’on n’arrête pas (c’est important ici) de méditer.

« I have no commitment to consistency », disait Rajneesh à qui on reprochait parfois de changer d’avis trop facilement (j’allais dire de Rolls Royce mais cela aurait été petit). Il recommandait à ceux qui voulaient de la constance d’aller voir l’ennuyeux Krishnamurti.

Et que reste-t-il de cette époque aujourd’hui? Rajneesh survit tant bien que mal dans la mémoire collective et certains relisent ses discours avec ce sentiment que l’on avait là affaire à un homme d’exception, à un grand intellectuel béni par l’éveil. Krishnamurti, lui, appartient à la volumineuse histoire de l’insignifiance.

 

 

 

P.S: Dans le billet du 27 février 2012 il était question des nouvelles technologies: regret

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

mabes 02/03/2013 21:49


eh oui pourquoi cette vioence envers Krishnamurti ?

Marc 07/03/2013 16:39






L’histoire de l’insignifiance étant volumineuse, j’aurais pu prendre un autre exemple (qui vous aurait moins choqué peut-être). J’ai choisi ce
K (Jiddhu, pas U.G.) pour le mettre en relation avec R car leur rapport est évident : contemporains, se connaissant l’un l’autre et chassant sur les mêmes terres – où je fus la proie moi
aussi, je l’avoue) et parce que cela illustre à merveille mon propos sur la cohérence et le consistance (l’important ici, dit en passant). Cela dit, ce K a tellement médit des autres imposteurs
de son acabit qu’il n’est que normal (loi de Karma) qu’on le laisse un peu moins tranquille que d’autres, et ce pendant un certain temps encore.



Saint-Songe 27/02/2013 11:45


Krisnamurti, insignifiant ?... Rajneesh est "au coeur du présent / en pleine conscience", mais il eût dû se rappeler qu'il nous conseillait de "n'arrêterz pas de sauter", vu que le soleil
(l'évail ?) se lève à tout moment. "il ne s'agit de rien d'autre dans la méditation : "n'arrêtez pas de sauter"...) - vous me donnez donc, ici, l'occasion d'une réponse immédiate.


Même dans "l'insignifiance", vous pouvez trouver des graines d'éveil.


Impermanence est cohérence évolutive, changement permanent.  Personne n'a raison, personne n'a tort... B.

Marc 07/03/2013 16:36






Propos décousus. Veillez structurer votre pensée et vérifier vos références svp.