Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

avertissement

« Nous avons un petit chalet là-haut dans la Sierra Nevada où nos enfants passaient l’été. J’ai eu certaines de mes plus merveilleuses idées musicales quand je me trouvais au milieu du paysage, parfois en voiture, parfois en randonnée.

C’est devenu de plus en plus difficile pour les Américains de ressentir cette liberté parce que nos vies sont tellement inextricablement liées à la technologie maintenant. Je ne pense pas que les gens puissent prendre le recul nécessaire pour voir les dégâts que le monde numérique a causés sur la conscience humaine. Je commence seulement à le comprendre en ce qui me concerne. Quand vous avez les yeux rivés à un écran d’ordinateur, on entre dans un environnement virtuel, et ce n’est pas réel.

Je pense qu’être dans un endroit isolé, un endroit où on est loin de ce bourdonnement constant, de cette vibration constante de la psyché collective, être seul avec soi-même, faire l’expérience de la solitude est profondément nécessaire à la psyché individuelle. Plus j’avance en âge plus je me rends compte que j’en ai besoin. Cela me nourrit au plus profond de mon être. »

Je vous livre ces lignes en dépit de leur style oral. Elles sont de John Adams, le compositeur génial du Dharma of Big Sur (2003). Vous pouvez voir (ou revoir) Road Movie, le film que Mark Kidel lui a consacré et qui est encore visible pendant quelques jours sur Arte + 7. Assurément un grand moment d’inspiration, surtout à la fin, où sur la musique de son Violin concerto (1993), Adams nous livre avec une émotion communicative le secret de sa créativité et nous fait part de ses peurs quant au futur d’une humanité livrée au numérique, une technologie dont plus personne, déjà aujourd’hui, ne peut se dépêtrer.

 

 

 

P.S.: Il était question d’indispensabilité dans le billet du 4 avril 2010.


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article