Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

volonté

La physique quantique nous dit qu’un phénomène n’existe que s’il est observé.
Dans bien des cas, observer est le résultat d’une décision. À partir du moment où l’homme s’est octroyé le droit d’être là, a-t-il encore celui de ne pas se limiter à ces questions, les seules mystiquement pertinentes: « Pourquoi avoir désiré devenir conscience et décidé de l’être? » et « Est-ce que je désire être conscience maintenant? »?  (À cette dernière, la réalité apparente de notre être semble la plus probante des réponses.)
Tout ceci pourrait éventuellement se résumer par la formule: nous ne sommes que si tel est notre désir.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
V
"un phénomène n’existe que s’il est observé". Oui... Et nous-même, de la même manière, n'est-ce pas parce que nous sommes pris dans le regard de l'Autre que nous existons ?A prendre peut-être aussi dans l'autre sens, à l'envers, ton autre proposition : "observer est le résultat d’une décision." Peut-on aussi se laisser observer (disons par le monde, ou par Dieu) ?  Klee : "Les arbres me regardent, me parlent. Moi je suis là écoutant..."  Nietzsche donne la clef : "l'essentiel, c'est justement de ne pas vouloir, la capacité de suspendre la décision".  
Répondre
M
<br /> De très bonnes questions et des compagnons de route d'une incontestable profondeur! A la prochaine lune!<br /> <br /> <br />
C
"nous ne sommes que si tel est notre désir"très belle formule.qui me fait penser à Nietzsche.mais rien dans les sociétés occidentales où nous vivons ne nous aide à "être"bien au contraire, les troupeaux obéissants sont plus faciles à gouverner.bon weekend Marc
Répondre
M
On serait là par pur désir (vie-volonté), on existerait à son corps désirant (un matin) ou défendant (un soir) (vie-représentation). Merci à tous d'être là et encore plus à ceux qui le montrent. Bon week-end!
L
Il y eut un matin et il y a un soir.
Répondre
O
et cela est philosophiquement si pertinent.<br /> ce matin, j'ai le désir vif d'être. je suis donc.
Répondre
L
Ne plus vouloir est la maladie de la volonté de puissance du désir.
Répondre