Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

indétermination

Peut-être ne devrions-nous jamais adopter de position sur ce qui nous dépasse. Surtout quand il s’agit du divin. La non-pensée y est sans doute l’attitude juste. « Comprendre, mais pas juger », disait Simenon.
Comprendre, ce serait ne pas juger et ne pas juger, ce serait comprendre. Cette maxime deviendrait alors l’exemple essentiel de l’équivalence parfaite.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Sylvie 15/03/2012 13:44


Je pense que tout se fait de façon intuitive, le jugement éclairé existe, il est juste et équitable (absence de mots, sans recherche droit et direct et surtout sans questionnement)


Sylvie


 

Marc 17/03/2012 17:30



Une pensée intéressante.



Yog 14/03/2007 23:12

Je suis d'accord sur le fait que nous devrions ne pas adopter de position sur ce qui nous dépasse. Ca évite de partir dans des théories illusoires qui souvent ne font que rajouter encore plus de confusion, dans un mental en proie aux projections. Mais, comme nous avons très soif de réponses, il est difficile de rester dans une position indéterminée... et pourtant, en lâchant prise...

Amicalement,

Yog

Marc 15/03/2007 15:07

...en suspendant le jugement...Amicalement,Marc

DD 14/03/2007 21:12

Entre "Comprendre mais pas juger" et "Comprendre, ce serait ne pas juger et ne pas juger, ce serait comprendre", il y a un saut que je n'arrive pas à faire... et apparemment, je ne suis pas le seul...

Marc 15/03/2007 15:05

Le saut serait peut-être ceci: réaliser (un néologisme dont je ne peux ici me passer) par le méditant le caractère nécessairement relatif de toute pensée qu'il génère et donc l'impossibilité d'en juger une supérieure à une autre. Tout se vaut, hélas, dans l'absolu du silence et du recul (tu parlais de saut: reculer pour mieux sauter). C'est difficile à admettre mais c'est comme cela. (Et cela n'empêche d'avoir des valeurs; utiles pour autant que la première soit... la tolérance vis-à-vis de celles des autres.)

Laudith 14/03/2007 19:30

Si tout le monde pouvait comprendre et ne pas juger, conne le monde serait agréable à vivre...
Bonne soirée.
 
 

irene 14/03/2007 13:09

comprendre sans juger, c'est la véritable sagesse...