Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

entente

Réaliser l’existence d’innombrables niveaux de conscience, voilà sans doute le premier pas vers la tolérance.
Car les problèmes de communication viennent le plus souvent du simple fait que nous refusons de voir, de comprendre et d’admettre que nous ne sommes pas au niveau de conscience de notre interlocuteur.





P.S.: Hier soir, sur arte, Philip E. Johnson, considéré comme le père la théorie dite du « dessein intelligent » et Richard Dawkins, défenseur de celle de l’évolution, étaient en désaccord. Question d’opinion, là, moins que de niveau de conscience.
L’émission, bien que rigoureuse, n’a pas tenu toutes ses promesses, cela dit. Ce sujet méritait une ouverture plus qu'une couverture. Arte nous a habitué à du moins conventionnel, me semble-t-il.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
L
Pour bien s'entendre Il faut d'abord entendre, ne pas faire la sourde oreille. 
Répondre
M
Certes.
Y
Je pense que tu sais Marc, que les problèmes de communication est un sujet qui me touche particulièrement. J'aime beaucoup cette fulgurance, car elle exprime quelque chose de fondamentale à mon sens. En effet, la différence de niveaux de conscience, de perception des choses, fait qu'on ne parvient pas à communiquer clairement. C'est la fable des aveugles et de l'éléphant. Mais, comprendre qu'il y a une différence de conscience ne peut amener vers la tolérance que si on parvient à se détacher de la tentation de mesurer et de hiérarchiser. C'est pour ça que de connaitre différents points de vue peut permettre de relativiser les choses et de ne pas se figer dans des certitudes. Alors vient l'humilité. Reconnaitre que rien n'est figé. La conscience s'élargit et l'emprise des tendances égotiques recule.<br /> <br /> Amicalement,<br /> <br /> Yog
Répondre
M
Je suis ravi que tu aies pris connaissance de ce billet et que tu l'aies apprécié, Yog. Tout ce que tu dis est juste, à mon humble avis, et complète utilement mon propos. Merci.Amicalement, Marc
L
Il se produit parfois de foudroyantes coïncidentes qui illuminent tout  le paysage mental. Ce n'est pas alors à un changement de niveau de conscience que l'on à faire mais à une véritable révolution.
Répondre
M
Koestler a écrit un grand essai là-dessus: le Cri d'Archimède. A recommander!
L
"Veux-tu devenir un regard universel et équitable? Tu ne le pourras qu'après avoir passé par un grand nombre d'individualités, de telle sorte que ta dernière individualité ait besoin de toutes les autres en fonction d'elle-même. "<br /> *<br /> " De la grandeur héroïque, seul état possible des précurseurs(effort vers l'absolu désastre, seul moyen de se supporter.)<br /> Nous n'avons pas le droit de ne souhaiter qu'un seul état, nous devons désirer DEVENIR DES ÊTRES PERIODIQUES-COMME L'EXISTENCE."<br /> (Nietzsche)
Répondre
M
Nos niveaux de conscience sont fluctuants. Il n’y a sans doute pas de permanence là non plus (et c’est la raison - dit en passant - pour laquelle l’extase serait possible et l’illumination, illusoire). Quand j’évoquais la différence de niveau de conscience entre son interlocuteur et soi, je décrivais une situation dans l’instant.L'extase serait par ailleurs la sensation de changement de niveau de conscience, d'"état", comme tu dis. Qui voudrait s'en priver?
N
Du latin interloqui (« couper la parole à quelqu’un », « interrompre quelqu’un »).(source wikipedia)Qu'est-ce que j'interromps, quelle parole je coupe lorsque que je parle à l'autre ? Ou sinon, admettre que si l'interlocuteur semble différent, il n'est pas nécessairement autre.
Répondre
M
L'interlocuteur idéal: celui qui découvre?