Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

délestage

En Inde, il est conseillé au méditant une assise d’au moins une heure.
La raison invoquée parfois est qu’il faut au moins cinquante minutes pour que « quelque chose » se passe.
Pourquoi cinquante minutes? Ne serait-ce pas parce que, s’étant imposé une assise d’une heure, le méditant se détend lorsqu’il sent qu’arrive le terme de la pratique qu’il s’impose? La méditation, cessant alors d’être conjuguée sur le mode de la discipline, deviendrait ainsi, sur la fin, ce qu’elle devrait sans doute toujours être, à savoir une détente autorisant le mental à entendre le silence.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

PhÚne 23/02/2007 11:46

Oui, mais le silence ne doit pas être saisi comme "quelque chose." ...
amitiés, Marc,
 

Marc 01/03/2007 11:04

Un résultat non recherché, Phène. Merci de ta remarque.Amitiés