Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

liberté

La grande alternative: une vie de divertissement ou une vie de lucidité. Nous sommes absolument libres aussi devant ce choix fondamental.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

claude 14/02/2007 12:07

Belle explication Marc, je fais mon tour chez toi aujourd'hui, j'ai raté de nombreux épisodes je remonte doucement le temps au fur et à mesure de la journée, entre la cuisson de mon boeuf bourguignon et mes rendez vous. Je t'embrasse et ne t'oublie pas.

. 06/02/2007 15:00

oui, moi aussi ;-)

. 06/02/2007 13:28

post scriptum au com no 11 :
Là où il est écrit "pour les défroqués de la lucidité", il faut lire ; pour ceux que la lucidité a défroqués
Ceci parce que je ne suis pas sûr d'avoir été compris...

Marc 06/02/2007 14:35

J'ai bien peur que ce soit toujours le cas ;-).

Camille 06/02/2007 10:07

une vie entière de l'un ou de l'autre n'est pas à la portée de l'humain
nous ne vivons dans l'évolution, par fragments de dénis et de lucidités, d'ignorance et de morceaux de connaissance que nous empilons, que nous digérons, tant bien que mal
le divertissement qui distrait et détourne de la lucidité se place là où elle ne peut émerger... le divertissement en tant qu'amusement, peut se rencontrer dans la lucidité, si tant est que cette dernière ne s'associe pas fatalement à la mélancolie des illusions perdues... les grands sages, comme les grands singes ont plutôt l'air de beaucoup s'amuser dans ce monde :-)

Marc 06/02/2007 12:06

A tous:Cette fulgurance portait sur le caractère inaliénable de notre liberté devant le choix le plus fondamental auquel, humains, nous sommes confrontés. Certains ont mal compris ou interprété en quoi ce choix consistait. Je leur dois une explication.Il n’est bien entendu pas question de critiquer le divertissement en tant que tel. Le plaisir est nécessaire et il n’y a que les frustrés pour voir le péché partout.Que voudrait dire alors faire le choix d’une vie de divertissement plutôt que de lucidité ? Ce serait privilégier le détournement de soi (étymologie : divertere) et la distraction (étymologie : distrahere), plutôt que la démarche inverse consistant à faire honneur au cerveau dont on nous a gratifié afin de réfléchir sur le sens de « tout ceci », afin aussi de nous comprendre (auto-psychanalyse) et de nous connaître (métaphysique, ontologie, herméneutique, etc ...). Ce serait « nous occuper et jouer aux cartes dans un express qui roule vers la mort », pour reprendre une belle expression de Jean Cocteau rapportée par Louis Nucéra.Déjà dans le Banquet, Platon distinguait « les féconds selon le corps » des  « féconds selon l’âme », bien plus rares selon lui. Toute l’œuvre de H. Hesse est axée sur cette dualité (dans "Narcisse et Goldmund", par exemple). J. Krishnamurti  faisait la différence entre « the individual » et « the human being », Gombrowicz  parlait de « personnalité ontique » et de « personnalité ontologique », Heidegger de « l’être banal » et de « l’être authentique ». Les exemples sont infinis...

. 06/02/2007 09:25

Cette note est amusante mais parfaitement irréelle . Il n'y a pas de libre-arbitre possible mais à la rigueur de pieux mensonges (beurk) pour les défroqués de la lucidité .