Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

tea time

2/3
Et de poursuivre ma réflexion dans ce coin de pénombre: Y a-t-il réellement un corps et une âme distincts? Y a-t-il réellement un moi, un vous, un monde où ils évoluent? Et si tout cela était illusoire? S’il n’y avait que l’idée de tous ces concepts?
Tout cela se situerait dans le champ du mental, de la matière, du connu, du savoir; et tout cela ne serait pas ce qui est. Ce qui est serait au-delà du mental, caché par lui.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
C
Je suis pour une pensée universelle, matrice de l'idée et l'idée matrice de concept, au dela du soi. Le chemin de la vérité et de la recherche nous mène à sa contemplation au delà de l'illusion.
Répondre
C
Ok je n'avais pas très bien perçu ce que tu écrivais, désolée ... oui aborder la conscience objectivement est difficile voire impossible, et je ne m'y risquerai donc pas !<br /> merci Marc de ton explication<br /> cat
Répondre
C
Je partage avec toi Marc ton opinion sur les scientifiques majoritairement. Leurs recherches me sont toutefois très utiles pour appréhender ma propre compréhension aussi étrange que cela puisse paraître. Qu'ils soient extérieurs pour la plupart, oui sans doute, à quelques exceptions près. Loin en arrière j'ai rencontré d'abord le Professeur Jean Bernard (auteur de Et l'âme Brigitte) puis le Professeur Lhermitte neurochirurgien à la salpétrière, les deux appréhendaient le concept de l'âme dans une vision spirituelle ceci prouve s'il en était besoin que tous les scientifiques ne sont pas en dehors d'une recherche spirituelle. Défions-nous de mettre tout le monde dans le même sac.<br /> cat<br />  
Répondre
M
Je me suis peut-être mal exprimé, Cat. Je n'accusais en rien la science. Elle a ses préoccupations. Et que des chercheurs scientifiques aient un recherche spirituelle, je n'en doute pas non plus*. J'avançais simplement la difficulté, pour ne pas dire l'impossibilité, de considérer la conscience objectivement.*: J'entends encore le professeur Ilya Prigogine (Nobel de chimie) dire: "La plus belle métaphore pour l'univers dans lequel nous sommes, c'est l'oeuvre d'art!"
C
Marie-Lore, si je puis me permettre, moi aussi je me posais les mêmes questions non à 8 mais à 13 ans, ça m'a emmené vers une tentative de suicide et ce n'était pas de l'orgueil spirituel à l'époque. Certes néanmoins le danger est là, l'orgueil qu'il soit spirituel ou autre d'ailleurs est là en potentialité mais la réalité est toujours ce que l'on en fait et je partage les propos de Ramana Maharshi sur ce point. Nous sommes nombreux, je crois, à chercher et à ne pas trouver qui nous sommes car en réalité la pierre d'achoppement est là et comment se connaître ... les psys, gurus et autres ne peuvent nous apporter la réponse car cette réponse n'est qu'en nous. Orgueil spirituel oui si nous nous berçons d'illusions, nombreux sont dans ces schémas, mais je dirai d'ailleurs que plus qu'orgueil, c'est plutôt une recherche pour aller mieux et pour supporter la vie telle que nous la créons, c'est légitime et tout comprendre n'est pas forcément à notre portée immédiate. Les béquilles que nous nous créons et qui peuvent s'apparenter à de l'orgueil spirituel sont toutes des tentatives d'aller mieux. La vraie recherche me semble reposer sur une véritable honnêteté vis-à-vis de qui nous sommes, une vision claire et sans concessions de nos émotions telles qu'elles nous manipulent et leur fluctuation, ne pas se bercer de l'illusion du bonheur quand fondamentalement nous ne sommes pas heureux etc. c'est une démarche longue, périlleuse, fastidieuse de se confronter vraiment à soi et là il ne s'agit plus d'orgueil mais bien d'une réelle mise en danger, lâcher ses peurs, reconnaître ses émotions, ses zones d'ombre et de noirceur, est un exercice difficile dans lequel l'orgueil quel qu'il soit n'a guère sa place. C'est aussi courageux et parfois même téméraire.<br /> cat
Répondre
M
C'est le genre de question que je me posais à 8 ans...<br /> C'est tellement facile de se dire tout cela. Et la réalité dans tout cela?<br /> Ne serait ce pas  que de l'orgueil spirituel toute cette réflexion...?<br /> Bon cheminement dans la douceur et dans l'action concrète....<br /> Marie-lore
Répondre
M
Merci, Marie-Lore. Au plaisir de te lire souvent.Marc