Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

désarroi

Regarder la rivière sans vraiment la fixer du regard
et soudain comprendre
que ce n’est pas elle qui descend
mais que c’est la rive qui monte.
(Le papillon de Tcheou* n’a qu’à bien se tenir.)

 



*: Tcheou, selon Tchuang-tseu, avait rêvé qu’il était un papillon. Au réveil, il ne put décider s’il était en réalité Tcheou qui avait rêvé être un papillon ou s’il était un papillon rêvant maintenant qu’il était Tcheou.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

céleste 17/12/2006 12:29

pourquoi désarroi?je dirai plutôt conscience d'appartenir à un tout, de n'en être qu'une parcelle. c'est bien.

Marc 17/12/2006 17:34

Désarroi vient de l’ancien français desarroyer qui voulait dire « mettre en désordre ». Le Petit Robert le définit ainsi: « désorganisation complète ». Peut-être le terme désarçonnement aurait-il encore été plus près de ma pensée. Je veux parler de cette étrange impression que l’on a parfois au réveil, quand un court instant, on ne sait plus qui on est et encore moins ce que l’on fait là. Plus de repères, le désordre total. En anglais – qui est plus riche que le français – le mot exact est confusion qui ne signifie pas exactement la même chose que le français confusion, qui ici aurait prêté à… confusion.
L'ancien prof a-t-il une autre suggestion? Elle serait bienvenue.

Bruno 17/12/2006 09:28

Comme quoi , la perception de choses comme disait BergsonBon dimanche Marc

Objectif-plume 17/12/2006 07:40

l'imaginaire s'envole comme le papillon.

Dominique Boudou 16/12/2006 20:44

J'aime par-dessus tout la citation du papillon. Un ami, qui s'est suicidé, en avait fait son étendard désespéré.

Larma 16/12/2006 16:35

"Jamais la vaste épave humaine ne cesse de dériver le long d'un fleuve sourd au bruit de nos discours : soudain, elle entre dans un bruit de cataracte . "
(georges Bataille, le coupable)

Marc 16/12/2006 20:50

"La poudrière de l’être intérieur ne saute pas toujours. On la croirait de sable. Puis, tout à coup, ce sable est à l’autre bout du monde et, par des écluses bizarres, descend la cataracte de bombes. "
Henri Michaux. Un Certain Plume