Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

sémiologie

Aux deux extrêmes de l’échelle humaine de l’évolution vers la sagesse, l’index pointé vers la poitrine qui dit le « moi, je » et l’index arrondi par le pouce pour couper court à toute velléité égocentrique dans la posture de méditation.
Les hindous, qui savent tant de choses, évoquant la seconde, ce sommet, vont jusqu’à parler là de geste de la connaissance (jnana-mudra).

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
O
c'est étrange, je n'avais jamais songé à ce geste. Pourtant, c'est éclairant. Merci
Répondre
G
A t-on une bonne méditation lorsqu'on a une bonne posture, ou bien a t-on une bonne posture lorsqu'on a une bonne méditation?
Répondre
M
« Plus que le lieu d’une chose,ce sont ses non-lieuxqui permettent de la situer » disait Roberto Juarroz ( Nouvelle poésie verticale, Les Lettres Vives, 1984, p. 28), ce poète de l’entre deux qui a dit mieux que quiconque les méfaits de la pensée binaire (tout est blanc ou tout est noir, rien n’est blanc et noir) que l’on doit à Aristote.D’un côté donc, la posture de Ramana Maharshi tordu, le dos courbé par l’âge, prisonnier de sa statue de bronze dans le meditation hall de Tiruvanamalaï (et qui ferait la fine mouche si on lui proposait de connaître ce que vivait et savait ce grand Saint de l’Inde ?).De l’autre Shunryu Suzuki, génial vulgarisateur du soto zen qui disait: « L’illumination n’est pas une sensation agréable particulière ou un état particulier de l’esprit. L’état d’esprit qui existe quand vous êtes assis dans la posture adéquate est, lui-même, l’illumination. » (Zen Mind, Beginner’s Mind (Weatherhill, New York & Tokyo, 1983, p.28).Parfois on évoque l’Indien, parfois le Japonais. L’important est de pratiquer soi-même. (Et peut-être n’est-il pas mauvais non plus de se pencher sur ta question et de la prendre comme prétexte pour encore plus de pratique.)Amitiés,Marc
C
Et si ce geste dit de la connaissance permettait l'ouverture vers le monde. Sommes nous sur de tout savoir hindous ou pas sur la préhension du monde et de la cosmogénie.
Répondre
C
Pensive, pensive. Je viens faire mon petit tour et vais épuiser toutes les pages non lues depuis une semaine. J'y vais de ce pas. 
Répondre
I
Comme dit dans la précédente note, la méditation n'est pas affaire de posture.<br /> Je laisse mes mains bien à plat sur mes genoux dans tous les cas, paumes vers le bas.<br /> Je recherche un état de conscience particulier pas à imiter d'autres méditants.
Répondre