Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

soustraction

Combien de temps faut-il rester dans l’assise en silence?
Combien de temps cela prend-il pour atteindre le grand calme dans la méditation?
Cela dépendrait de l’état dans lequel nous commençons, cela dépendrait de tout ce qui a constitué notre vie jusqu’à présent, de même que de notre passé génétique.
Bref, cela dépendrait de nos conditionnements.
Retirons ces conditionnements. Pour l’homme ainsi réduit à sa plus mystique expression, il n’y aurait pas de temps pour atteindre le calme.
Le temps, en Réalité, n’existerait pas. Il n’y aurait rien à atteindre. La méditation serait un processus constant. Et surtout le calme serait là dès que cet homme décide d’en prendre conscience. Cette prise de conscience serait instantanée.
Le calme, en Réalité, serait toujours là, à disposition. L’éternel serait l’instant. L’instant serait l’éternel. Cet homme-là serait.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
A
 <br /> "Mettez-vous trente secondes au bord d'une autoroute, vous aurez le sentiment d'avoir perdu votre temps. Mettez-vous une heure au bord d'un ruisseau, vous aurez le sentiment d'avoir gagné du temps."<br />
Répondre
M
Tout à fait d'accord avec le poète, que je remercie de son passage.
C
bon ce soir je me décide à te faire un coucou :-) j'ai lu pourtant les derniers posts, mais pas moyen d'y mettre une réponse, j'ai que des questions! Je me suis aperçue que je ne parviens à être dans un état méditatif que lorsque je suis hors de chez moi et que je regarde ce qui m'entoure. Et quand je suis comme ça, je n'ai pas ce genre de fulgurance! tu es trop fort ;-)
Répondre
M
Merci de t'être décidée, Camille. Cela valait la peine. Et ta modestie t'honore: je me sens tout bête après ça.
C
il me semble que le calme de l'esprit peut être instantané, il suffit d'un rien, un déclencheur.le problème est de savoir l'identifier, l'apprécier
Répondre
M
Un rien qui n'est pas rien, quant à son implication. Merci de ton commentaire, Céleste.
I
j'ai du mal à saisir. pour moi la méditation ne peut se faire sans le calme de l'esprit.<br />  
Répondre
M
Beaucoup de pensées nous viennent quand on médite et c’est assez normal, Irène. Ce qui est "caché" doit se révéler. Comment, autrement, pourrait-on s’en rendre quitte et procéder vers le grand silence?
P
"L’éternel serait l’instant. L’instant serait l’éternel", cette phrase fait écho en moi, c'est cela même. La simple conscience permet d'y accéder...enfin de mon regard à moi ! Je t'embrasse Marc et merci pour tes mots.
Répondre
M
Pas de quoi, Petite Cerise. A très bientôt.