Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

audace

En réponse à un commentaire écrit dans la souffrance, cette dérogation à mon habitude de ne proposer qu'une fulgurance par jour:


Ce corps, on nous l’a donné sans nous demander notre avis. Aurions-nous été d’accord de naître si nous avions eu vent de la souffrance qui nous attendait?
Libre à nous, alors, d’en profiter quand même un peu: "Dieu" ne pourrait nous en damner plus.
Cela dit, quelques sommets d’intense sexualité et d’intense contemplation, cela justifie-t-il vraiment la peine du Créateur? Une question à creuser.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Yog 14/09/2006 13:40

En Inde, le thème central des différentes traditions est la souffrance. La condition humaine est insatisfaisante car elle est le siège de la souffrance. Mais les traditions ne cherchent pas à comprendre pourquoi nous sommes des êtres incarnés, elles visent juste à la délivrance de la condition humaine et ainsi la fin de la souffrance. De ce point de vue, la souffrance est utile dans une certaine mesure, car elle est ce qui fait qu'on cherche à se libérer de la condition humaine. L'état divin n'est pas recherché non plus, car il ne représente pas la délivrance. C'est un sujet vaste et complexe, qui présente de multiples facettes subtiles où il faut prendre bien garde à ne pas tomber dans des conclusions hâtives. AmicalementYog