Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

quiétude

L’extase, l’harmonie, la vacuité, le calme, le non-effort
Tout instant d’extase, d’harmonie et de vacuité est un instant de méditation.
Et parce qu’alors nous en arrivons à reconnaître que ce que le mental désire, c’est le calme, méditer, c’est toujours avoir l’esprit calme, même quand nous sommes en apparence actifs.
Dans cette perspective, la posture assise (padmasana, le lotus, et ses variantes faciles) peut être considérée comme la cristallisation d’un état d’esprit et non comme un moyen de l’atteindre, moyen que préconisent pourtant certaines pratiques exotériques décadentes*.
(Notons qu’aussi bien l’octuple sentier proposé par le Bouddha que les huit membres du raja yoga de Patanjali ou encore les quinze qualités décrites par Adi Shankaracharya** peuvent être considérés de façon ésotérique: ce ne sont plus alors des conseils à suivre en vue de … mais plutôt la description de l’état d’un esprit qui a vaincu l’ego.)




*: Dénoncées déjà par Huai-jang, un des meilleurs disciples de Hui-neng (Chine, 638-713): « Si vous cherchez à atteindre la Bouddhéité  par l’assise en méditation, jambes croisées, c’est tuer le Bouddha. Aussi longtemps que vous serez attaché à cette position assise vous n’atteindrez jamais l’Esprit. » (The Zen doctrine of no-mind, D. T. Suzuki, Rider and Company, London, 1969, p. 45.)
**: Dans son traité sur la Réalisation de soi Aparokshanubhuti.
P.S.: le billet du 27 juillet 2008 proposait de prendre du recul par rapport au désir sexuel: relativisation.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

mamalilou 05/08/2009 12:33

au début l'enfant mime l'écriture par des gribouillages, mais déjà, il tient le crayon et le pose sur la feuille et pour cela il doit s'asseoir...au début l'enfant gazouille des sons au sens desquels nul n'accède que lui, mais déjà, il mime les notes et les rythmes des phrases qu'il entend et qui lui donnent tant d'amour et pour cela il sort de sa phase hypermotrice et se calme quelque peuau début l'on s'assoit pour méditer et l'on apprend à cesser l'agitation pour savourer quelques infimes espaces de calme et de non pensée, un jour, l'enfant pourra écrire debout sur une feuille dans sa main, un jour il pourra répondre à ses propres enfants tout en écoutant au téléphone, en remuant une sauce dans la casserole (...prendre un torchon, ouvrir la fenêtre puis le tiroir à couverts...) et en surveillant son enfant qui empile des boites de riz derrière la porte...:)... et tout ça sans aucune agitation intérieure, sans préformulations'asseoir reste parfois encore nécessaire pour réinitier le calme et puis,... ça fait partie des gammes du musicien du silence, non?

Marc 05/08/2009 21:33


Sûr. Merci pour cette envolée dans les âges d'une vie, Mamlilou.


Juliette 03/08/2009 08:56

Donc quand, étendue paisiblement dans mon lit, mon esprit semle s'appaiser et flotter, suivant unbe pensée apaisante.... je médite

Marc 05/08/2009 21:24


Personne ne dit le contraire, sauf ceux qui prétendent t'enseigner cet art et qui, en réalité, veulent quelque chose de toi.
(Déjà mon billet du 24 août 2006 (3 ans déjà!) disait:
"Méditer ne s’apprend pas. Méditer apprend.")


soisic 31/07/2009 12:55

Tout instant d'extase,d'harmonie et de vacuité est un instant de méditation"je suis d'accord Marc ,et j'aime beaucoup le mot quiétude si harmonieux.....

Marc 05/08/2009 21:12


Merci Soisic.


LungTa 29/07/2009 09:26

La posture ne permet pas d'atteindre l'éveil, elle l'est chaleureusement

Marc 05/08/2009 21:04


Oui. Mais pas toujours. Théorise sous quelles conditions elle l'est et ton nom te suvivra.
Amitiés.