Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

extirpation

L’instant pleinement vécu est notre meilleur ami. Méditatifs, nous le côtoyons souvent.
Le temps, lui, est notre pire ennemi. Il est le passé et le futur, l’ennemi d’un présent hors du temps, il est l’illusion qui fait passer l’ego pour réel. Il est notre ennemi car il nous dévore. Krishna le dit sans détour à Arjuna dans la Gita (XI, 32): « Je suis le temps qui dévore tout et j’ai décidé de dévorer le monde*. »
Méditer nous extrait du temps et nous fait toucher à l’instant, là où le temps n’est plus notre maître mais notre esclave. Là, nous devenons éternels. Nous sommes comme Krishna, comme Cronos, le Temps, dont l’équivalent chez les Romains était Saturne, ce Dieu qui dévore ses enfants. Nous avons dévoré ce monde dans lequel le temps est si présent.




*: Traduction de Swami Dhammananda.
P.S.: Le billet du 16 juin 2008 parlait de « l’art ambigu de l’assise en silence »: savoir-faire.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
M
le temps est à l'intérieur comme à l'extérieur, tant que nous ne nous inscrivons pas dans ce temps, il nous dévore, c'est parce que nous nous pensons que nous ressentons le mouvement du temps.je dirais plutôt "le monde nous a dévoré, que nous avons voulu temporel"Namasté
Répondre
M
<br /> Ma conclusion est plus optimiste, semble-t-il.<br /> Namaste, Mamlilou.<br /> <br /> <br />
Y
Juste à lire ces mots, j'y suis...Et envie de me poser.
Répondre
M
<br /> Quel bonheur!<br /> <br /> <br />
V
Le temps, tout comme l'espace, me semblent infinis et immobiles. <br /> Nous-même, tant que nous sommes "petits" pour acceder au premier, nous disposons de la "durée", pour dominer la seconde, nous disposons de la "distance". Pour entrer en harmonie avec l'univers, les autres, et nous-même, nous apprenons à gerer la durée et à palier les distances qui sont le temps et l'espace mis à notre portée... humaine.<br /> Françoise
Répondre
M
<br /> Belle vision toute en humilité. J'espère que tu es convaincue de ce que tu dis.<br /> <br /> <br />
C
Je me souviens de ces instants "pleinement vécus". La conscience d'être au monde.Il ya en peu, souvent "l'extérieur" prend toute la place.Namaste :-)
Répondre
M
<br /> Ces rares moments où on est là, ne valent-ils pas tous les autres?<br /> <br /> <br />