Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

démarcation

De la même façon qu’il y a la sensation de respirer et celle d’être respiré, il y a concentration au sens habituel du terme, c’est-à-dire volontaire voire forcée et concentration naturelle qui est cette faculté de se focaliser sans effort sur un objet ou un sujet choisi.
Mircea Eliade disait que le premier devoir du yogi est de penser et non pas de se laisser penser. Sans entraînement, on se laisse penser et donc la concentration à ce stade est forcément forcée. Lorsque l’on peut penser enfin, cette pensée même est concentration naturelle. C’est le dharana (concentration) de samyama (relisez éventuellement Patanjali). L’étape suivante, dhyana (méditation), étant peut-être la pensée « J’observe que je ne pense plus, sauf bien sûr que je produis la pensée que je ne pense plus. » Quant à samadhi (l’extase, pour faire bref), cette autre chose, c’est autre chose. On ne peut y penser. Et donc rien en dire. Chuut!!!




P.S. Sous le titre non-retour, étonnamment le billet du 13 avril 2008 parlait… d’amour.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Sylvie 13/04/2009 23:19

"étonnamment le billet du 13 avril 2008 parlait… d’amour."Il y a toujours des choses étonnantes avec le Temps.

Marc 17/04/2009 15:33


Etonnamment car il est plus dans les habitudes ici de parler de "... cet éclair qui leur est donné entre deux abîmes" (L. Nucéra. Mes Ports d'Attache, Grasset, 1994, p. 122) que de sujets bateaux
comme l'amouourr.